[FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par Legacy le Jeu 28 Mar - 2:11

Hors Fiche:
Ceci est l'une des nombreuses fiches que j'ai faites pour divers Forum RPG sur l'Univers de Halo donc voilà. Bonne lecture :')
Et merci de respecter mon travail :)

Prénom et Nom Keith Lewis
Nom de Code Umbra
MatriculeK-16
Grade
Armes Deux pistolets M6C - Une mitraillette SMG 7S - Un fusil de combat DMR - Un Fusil Sniper SRS99D AM - Un couteau de combat. Il a toujours sur lui sa lame et ses deux M6C, et choisit une arme plus lourde dépendamment des missions.
Apparence
Histoire

Rapport :
Keith Lewis, candidat numéro 161. Naissance le 07/05/2511, Londres, planète Terre. Profession de la mère : Neurologue. Profession du père : Historien.


Londres - Planète Terre
Système Solaire
27 Août 2517
16 heures 26


" Les naines n'ont que le temps d'entrevoir ces mastodontes qui leur tombent dessus par centaines, les défoncent, les aplatissent, les broient. Les mandibules hypertrophiées plongent dans le tas, broutent et remontent, chargées de pattes et de têtes sanguinolentes qu'elles font craquer comme de la paille. "
Keith étendit ses jambes devant lui et quitta, avec regret, les lignes de son livre pour quelques secondes. Assis contre le marbre froid d'un pilier soutenant la toiture du préau de la cour de récréation, le jeune garçon s'intéressa à un groupe d'enfants de son âge. Une dizaine d'entre-eux gesticulaient joyeusement autour d'un même ballon, source de toutes les envies. Quiconque s'en emparait devenait souverain du royaume. Le ballon, joyau et arme de la couronne, lorsqu'il touchait un courtisan et que celui-ci, ne parvenait pas à le rattrapait, était purement et simplement envoyé aux oubliettes. Mais lorsque le ballon trouvait un autre arme, le Roi cédait son trône. Rien de très compliqué, une sorte de balle au prisonnier sans équipe, et sans prisonniers. Un seul gagnant. Keith appréciait beaucoup ce jeu, et ses dynasties semblaient ne jamais s'éteindre. Il retourna finalement à son combat de fourmis, où un pied humain dans la fourmilière pouvait anéantir des siècles de travail d'une même civilisation.
" Panique totale. Les naines terrorisées se heurtent et se piétinent, certaines s'entret… " A l'unisson, les cordes vocales pré-pubères des garçons vibrèrent et déconcentrèrent Keith par la même occasion, qui lâcha un soupir de mépris. Les pauvres jeunes âmes s'étaient agglutinés au grillage qui les séparait de l'extérieur, de la liberté. Le ballon avait gagné cette même liberté en perdant tout maître. Sans lui, tout le monde finissait aux oubliettes, le jeu avec. Keith discerna deux silhouettes qui semblaient émerger de la foule affolée. Le couple se trouvait derrière le treillis métallique. Un homme, habillé sobrement. Et une femme, plus excentrique, qui portait un chapeau. Le genre de couvre-chef que sa mère détestait. Le groupe d'enfant réclamait leur ballon, qui avait atterri juste derrière l'homme. Celui-ci recula et ramassa le ballon. Keith le voyait mal partir en courant, le ballon sous le bras. Il se désintéressa de l'action et se leva pour continuer de lire un peu plus loin. Dans quelques minutes, il allait pouvoir rentrer chez lui.
" … uent. Les tanks belokaniens, ayant ainsi peigné la piétaille naine, l'ont dépassé dans leur élan … "
Encore une fois, il dût s'arrêter, sans réellement savoir pourquoi. Il se mordit les lèvres et pour une raison inconnue, il se retourna. Le ballon devait fortement apprécier le Roi légitime, pour fuser à cette vitesse vers son visage. Ou l'homme était simplement bien maladroit. Peu importe, avec une rapidité fascinante pour un si jeune humain, Keith attrapa le ballon de sa petite main, et le renvoya - allez savoir pourquoi - de toutes ses forces vers le groupe d'enfant. Le projectile percuta le menton d'un garçon, et rebondit contre nez d'un autre. Il fallut peu de temps pour que les deux victimes s'écroulent en pleurant. Keith se gratta innocemment la joue. Une sonnerie stridente résonna dans l'espace de jeu, évitant au petit génie d'avoir de nouveaux problèmes. Ravi, il se rua vers la porte de sortie.N'habitant pas très loin, et ses parents estimaient à juste titre qu'il pouvait rentrer seul. Alors que tout autour de lui les progénitures réclamaient à leur géniteurs de quoi calmer leur faim, Keith se rendit compte que l'homme et la femme qu'il avait aperçut derrière le grillage se trouvaient désormais à quelques mètres devant lui. Instinctivement il alla à leur rencontre.
La femme portait une longue robe un peu trop rose aux yeux du jeune garçon, et l'ombre de son chapeau lui cachait une bonne partie de son visage. Sur sa droite, l'homme aux traits durs, et aux cheveux coupés très court le toisait froidement.
Le couple ne plaisait guère au petit Keith. La femme lui tendit une main qu'il ignora.


- Bonjour toi, commença-t-elle.
- Bonjour vous, se contenta de répondre Keith.
- Je ne sais pas si tu nous à vu, tout à l'heure, mais nous te regardions. Et d'ailleurs, mon ami s'excuse pour la balle …
- Difficile de ne pas vous remarquer avec ce genre de … couleur, fit-il, en la désignant du menton. Et ce n'est pas grave, je n'ai, personnellement, rien de cassé.
- J'ai connu des garçons plus polis, remarqua le docteur.
- Ma mère m'a apprit à ne pas faire confiance à des inconnus. Je suis poli avec les personnes que je connais.
- Je vois … Nous te regardions, donc. Mais, pourquoi ne jouais-tu pas avec les autres garçons ? Tu as pourtant l'air doué.
- Il m'arrive de jouer avec eux. Mais de moins en moins, ces derniers temps … lâcha-t-il dans un soupire.
- Et pourquoi ça ?
- Je crois qu'ils n'aiment pas beaucoup le fait que je sois tout le temps roi. Mais ce n'est pas très grave, je m'ennuie quand je joue avec eux. Je préfère lire.
- Oh … Et que me dirais-tu si je te proposais de gagner un livre ?
- Que je suis intéressé.
- Bien. Je suppose que tu connais le jeu Shifumi ?
- Oui.
- Bon, et bien, tu vas jouer contre mon ami.
- D'accord.


La première épreuve du Docteur Halsey consistait à faire le tri sur cent cinquante candidats. Elle ne pouvait tester qu'une chose, la chance.
Le lieutenant Keyes cacha sa main droite dans son dos. Keith fit de même. Il savait qu'il allait gagner. Mais il voulait essayer quelque chose. Quelque chose de plus amusant.
" Shi… fu … mi ! "
Papier contre papier. Keith ne sourcilla pas.
" Shi … fu … mi ! "
Pierre contre Pierre. Keith sourit.
" Shi … fu … mi ! "
Papier contre Papier. Keith lâcha un petit rire.


- Décidément. Tu fais exprès de copier mes gestes ? demanda ironiquement le Lieutenant.
- C'est pas très compliqué … Vous choisissez votre signe avant de montrer votre main. Moi, je le choisis au dernier moment, après avoir vu votre signe. Faire la même chose que vous est plus drôle que de gagner tout de suite.
- Impressionnant, intervint le Docteur. Si tu veux le livre, gagne la prochaine manche.


Elle était sceptique. Mais le doute disparut lorsque que quelques secondes plus tard, le ciseau de Keith tranchait la feuille du Lieutenant. Ce garçon était l'un des derniers candidats qu'elle approchait, et pourtant, il réussit à la surprendre.


- Bravo à toi …
- Keith.
- Oui, se contenta-t-elle de répondre, en souriant.
- J'ai gagné un livre, non ?
- Oui oui, tiens. Lis le bien, il te sera utile. Nous te laissons tranquille, au revoir, et à bientôt.
- Au revoir madame. Au revoir monsieur.


Elle fouilla rapidement dans son sac, et en sortit un ouvrage presque entièrement noir, qu'elle lui donna, avant de tourner les talons. Immobile, le petit garçon regardait les deux adultes s'en aller. Il ne savait trop quoi penser de cette rencontre, mais n'en raconterait rien à personne.
Ses mains caressaient la reliure du livre où figuraient en lettres d'or le titre de l'oeuvre : " La bataille des Thermopyles. "

Londres - Planète Terre
Système Solaire
2 Septembre 2517
03 heures 45

Keith était seul. Il ne voyait rien. Un voile de ténèbres s'était emparé de son monde. Tout était si noir qu'il se crut aveugle. Ses pieds s'enfonçaient dans le sol. Pour survivre, il devait avancer. Avancer encore, toujours avancer. Durant plusieurs heures, il tira sur ses jambes dans le seul but de ne pas finir dans les entrailles de la terre. Puis finalement, il percuta une colonne. Il passa ses doigts sur la pierre qui lui sembla sculptée, s'apercevant au même moment que le sol n'était plus dangereux. Il recula de quelques pas, et leva la tête. Une torche qui, bizarrement, n'était pas présente une minute plus tôt. Elle éclairait une gravure. " Lasciate ogne speranza … " Deux autres mots, trop flous pour être discernés. Ce bout de phrase ne lui était pas inconnu. Il voulu sonder son esprit, et tirer le bon tiroir de son armoire, mais il se rendit compte que le pilier avait un jumeau. Un siamois. Les deux frères étaient reliés et formaient une arche. Keith se contenta de la traverser sans se poser plus de questions. Au loin, il vit une autre torche. Autour d'elle, plusieurs enfants, immobiles, attendaient la venue de leur nouveau frère …

Keith ouvrit brusquement les yeux. C'était un rêve. Et la réalité n'était pas plus belle. Deux hommes le fixaient. Il ne les connaissait pas. Et il eut peur. Surtout lorsque l'un des deux hommes pointa sur lui une longue aiguille. Par réflexe, il se releva. Sa main droite frappa le bas ventre du plus dangereux, sa main gauche frappa le bras armé. L'aiguille repoussée s'était finalement fichée dans l'épaule de l'autre homme, qui s'écroula. Keith se glissa sous le bras tendu de celui qui lui voulait du mal, et bondit jusqu'au bout de son lit. Un autre saut, une couverture qui s'enroule autour d'un pied, une chute, une roulade, et il se retrouva devant la porte grande ouverte de sa chambre. Mais ce qu'il pensait être un échappatoire se révéla la gueule grande ouverte du Loup. Cette fois, ce ne fut pas une colonne de pierre qu'il percuta, mais bien un humain. Immense, qui recouvrait tout l'encadrement de la porte. Puis, plus rien.



En orbite basse de la planète Reach
Système Epsilon Eridani
10 Septembre 2517



- En vertu du Code Naval 45812, vous êtes par la présente enrôlés dans le Projet Spécial du CSNU, nom de code SPARTAN II.


Brusquement, on l'avait arraché des bras de Morphée, pour lui faire recracher un liquide translucide qui avait séjourné plusieurs jours dans sa trachée. L'homme qui l'avait réveillé fut le premier sur la liste des personnes qu'il allait détester, durant sa formation de Spartan. Keith prit un malin plaisir à le lui faire comprendre, en régurgitant le contenu vide de son estomac, sur les bottes de l'instructeur. Quelques courtes minutes plus tard, il se retrouvait là, assis dans les gradins d'un amphithéâtre dont les murs n'avaient rien à envier à ceux d'un hôpital. Le sommeil lui brouillait encore les sens, mais soucieux, il jeta un oeil à sa droite. L'instructeur en treillis de camouflage le fixait. Keith plissa les yeux et ne lut rien d'autre que les mots " pantin idiot " dans le regard du militaire. Son avis n'était pas très objectif.
Il tourna la tête. A sa gauche, un autre homme. Puis finalement, son attention se porta par dessus sa propre épaule. Il était au premier rang, et derrière lui, il vit plus d'une soixantaine d'enfants de son âge. Garçons, filles, ils avaient tous le regard vide, souligné par des cernes. Il s'imagina avec une mine pareille … Sa mère l'aurait enguirlandé. " Regarde donc la tête que tu as, à force de veiller jusqu'à pas d'heure ! " Un sourire étira ses lèvres. Le sourire perdura, quand l'enfant se rendit compte qu'il ne comprenait absolument rien à ce qui se passait. C'était quelque chose de nouveau, pour lui. Habituellement, il voyait tout, il savait tout du haut de ses 6 ans. Là, il n'était qu'un pauvre gosse perdu au milieu d'une grande salle.


- Vous avez été rassemblés ici pour servir. Vous serez entraînés …


Suspendu aux lèvres de la femme qui se tenait à l'estrade, accompagnée d'une autre femme - étrangement bleutée - et d'un homme, Keith sursauta presque. Il reconnut la femme qu'il avait rencontré quelques jours plus tôt. Ou quelques semaines. Voir quelques mois … Il était complètement déboussolé. La lumière des spots au-dessus d'elle se réfléchissait sur sa blouse blanche. Keith l'observait attentivement, et l'espace d'une seconde, la vit grelotter. Lui même frissonna en lorsqu'il ressentit la morsure du froid qui envahissait la salle. Toutes les phrases de la scientifique étaient ponctuées d'un lourd silence.


- … et vous deviendrez ce que l'on peut obtenir de mieux de vous. Vous serez les protecteurs de la Terre et de toutes ses colonies.


L'effluve d'une histoire digne de trôner au sommet de la bibliothèque de son père flottait dans l'air. Une histoire plus grandiose que celles qu'il avait déjà lu. Une histoire où il serait l'un des personnages principal.



Complexe militaire - Planète Reach
Système Epsilon Eridoni
24 septembre 2517
05 heures 30



- DEBOUT RECRUES !

Caché sous sa couverture, Keith tentait de fuir la voix de l'Adjudant. Cruelle, elle traversa le tissu pour lui rappeler qu'il n'était plus qu'un pantin. Un jouet de l'armée, qui allait devoir attendre des lustres avant de pouvoir, un jour, quitter son lit après le Soleil. La douceur d'un réveil " normal " lui manquait cruellement. Tout ce vacarme raviva en lui un affreux mal de crâne. Il haïssait les personnes bruyantes. Il caressa des doigts l'espoir qu'un jour il aurait l'occasion de se venger de l'Adjudant-Chef.
Keith sentit une main se poser sur son épaule. Dieu merci, une petite main, et non pas l'énorme poing de l'un des militaires qui étaient rentrés en trombe dans la chambre. Une petite voix contrasta avec les cris de Mendez, qui venait de se présenter.

- Tu vas te faire frapper si tu ne te lèves pas tout de suite …

Kim. Il fit sa connaissance la veille. Kim l'avait abordé, et elle fut la seule personne à qui il parla durant la soirée. Il l'apprécia rapidement, reconnaissant en elle quelqu'un de bien plus intéressant que le reste des enfants de son âge. Comme tous les enfants candidats au Projet Spartan-II, elle était loin d'être idiote. Ils étaient tous, comme lui, supérieurs génétiquement.
Terrienne, comme lui. Anglaise, comme lui. De Portsmouth.
La brutalité du choc d'une matraque contre le corps d'un enfant résonna dans toute la chambre. Préférant s'éviter ce genre de châtiments, Keith sortit de son lit, éprouvant une certaine empathie pour la pauvre victime.
Le petit terrien se trouvait debout, droit comme un i, lorsque l'Adjudant-Chef arriva à son niveau. Respecter les ordres, sans émettre la moindre objection … Ce n'était pas au goût du Londonien. La personnalité de Mendez n'était pas difficile à cerner, et Keith crut apercevoir une étincelle d'approbation dans ses grands yeux d'ébène. Une fois l'homme-bête quelques mètres plus loin, Keith s'attarda sur la chevelure de Kim. De longues mèches brunes s'entrelaçaient autour de son visage angélique. Une aura, fière, presque insolente, se dégageait de la jeune fille. Elle était minuscule face à l'Adjudant-Chef, mais Kim faisait preuve d'une prestance qui impressionna Keith. Elle brillera sur les champs de bataille. Lui, agirait dans l'ombre, pensa-t-il. Il remarqua alors que la flammèche d'approbation ne lui était surement pas destinée. Son égo n'apprécia guère. Les adultes lui offraient un peu plus de respect et d'admiration du haut de ses talents, d'habitude.
L'adjudant-chef Mendez continua de parler. Des bribes de mots parvinrent aux oreilles distraites de Keith. Il présenta les tenues anthracites caractéristiques des petits soldats où de blanches lettres formaient leurs prénoms, tous accompagnés d'un numéro. Trois chiffres. Finalement intéressé, il ouvra discrètement son coffre du pied. Keith-161. Il aurait préféré un autre nombre.
Le rugissement d'une décharge électrique interrompit ses pensées. La victime ? Un certain John-117, d'après le haut de jogging que tenait dans la main le bourreau. Touché par l'arc électrique, l'enfant se retrouva paralysé sur son lit. Keith serra les dents. John faisait une tête de plus que lui, et représentait, à cet instant, l'incarnation de leur impuissance. L'amère sensation de ne rien pouvoir faire face à ce sadisme gratuit lui brûla la gorge.


Les bottes enfoncées dans l'herbe humide, Keith patientait. Les premiers rayons de soleil transpercèrent les nuages matinaux pour révéler au groupe d'enfants l'étendue de leur terrain d'entraînement, qui s'étendait, sans fin, disparaissant dans la brume. Keith souffla un nuage de vapeur qui flotta quelques secondes devant lui, avant de s'évanouir.
Les aboiement de d'Adjudant-chef Mendez agirent comme des tambours de guerre. Etonnamment rapidement, le groupe d'enfants se divisa en cinq rangées. L'échauffement commença. L'activité physique n'avait rien d'une torture pour Keith mais il accepta difficilement qu'un inconnu se permettent de tant lui hurler dessus. Alors que ses camarades sautillaient, lui ne bougea pas d'un pouce. Kim n'était pas loin, et elle le fixa d'un air soucieux. Keith se concentra sur les lèvres de celle-ci. Elle l'insulta discrètement d'idiot. En moins d'une seconde, prenant pour cible le dos du numéro 161, une matraque pourfendit l'air. Keith s'y était préparé. La violence semblait, aux yeux des instructeurs, être un bon instrument d'apprentissage. Il se baissa. Le métal l'effleura amoureusement, mais l'effleura seulement. Des regards pleins de surprise se posèrent sur lui. Le regard des militaires, et celui des enfants. Sans réellement le vouloir, il avait attiré l'attention de tout le monde. Il n'eut le temps d'afficher un sourire. Manque de vigilance, et second coup. Cette fois, porté à l'estomac, qui le jeta au sol. Ses plaintes heurtèrent le coeur d'acier de son instructeur, qui les ignora totalement.


- Obéis aux ordres, recrue.


Malgré l'expérience désagréable, Keith se permit un sourire en coin causé par la frustration de ne pouvoir se permettre la moindre réflexion sur l'hideux visage de son instructeur. Sa langue en brûlait d'envie. Il se releva, s'étira, puis imita les autres. Kim leva les yeux au ciel, presque amusée.
Une éternité dura. Des sauts, des flexions, d'autres sauts, d'autres flexions.


- Repos, souffla finalement Mendez.


Tous ces exercices, et le coup de matraque suffirent à Keith pour vomir. Il se découvrit un talent pour la visée. Des restes du dîner de la veille se jetèrent sur les bottes de son instructeur. C'était la deuxième fois, en peu de temps. L'aversion entre Keith et son instructeur s'installa définitivement. Keith avait déjà hâte de commencer les entraînements au combat rapproché, où ses poings dialogueraient avec les parties génitales du militaire.
Quel délice que d'apercevoir la fin des exercices physiques après ces nombreuses heures de douleur. Ils firent la connaissance de Déjà, l'Intelligence Artificielle qu'ils avaient aperçu lors du premier discours du Docteur Halsey. Elle leur parla de la bataille des Thermopyles que Keith connaissait presque par coeur grâce au livre que le Docteur lui avait offert. Il l'avait dévoré, avec beaucoup d'intérêt. Mais Déjà apporta un lot de détails sur la bataille et sur le peuple Grec qui le passionna. Il mena sa propre bataille, contre le sommeil que son corps réclamait. Son esprit, lui, était avide de connaissances. Il lutta pour boire les paroles de l'IA. C'était bien la seule personne qu'il appréciait réellement avec Kim, depuis son arrivée sur la planète Reach. Et " personne " n'était pas réellement approprié …
La fin du cours et la pause de dix minutes qui l'accompagna eut le même effet qu'un don du ciel. Tous en profitèrent pour essayer de se reposer. Mais la journée n'était pas finie. Elle était loin de l'être. La fin des exercices physiques ? La bonne blague. Mendez ne manqua à personne.


- Il est temps pour vous de découvrir le terrain de jeu, fit Mendez.


Les enfants s'approchèrent, et comprirent durement le sens du mot " jeu " pour l'Adjudant-Chef. Trois kilomètres plus loin, une forêt de poteaux, de cordes, de plates-formes, formaient un labyrinthe pour les rats de laboratoire qu'ils étaient devenus.


- Une vraie … partie de plaisir, ironisa Kim.


Mendez donna quelques instructions. Keith comprit rapidement ce que préparait l'Adjudant lorsqu'il leur intima de former trois colonnes. Il se positionna à la gauche de Kim. Ainsi il formèrent avec un autre garçon, une équipe de trois. Ils avaient pour objectif de faire sonner une cloche qu'on avait accroché sur un poteau haut d'une trentaine de mètres, selon Keith. Quelques précisions plus tard, l'épreuve commença. Les enfants se ruèrent dans le labyrinthe. Quelques pas, puis Keith s'arrêta. Kim se retourna.


- Non non, là j'accepte pas que tu te mettes à jouer aux rebelles.
- C'est pas ce que je comptais faire.
- Qu'est ce que vous faites, ils prennent de l'avance, on va arriver les derniers ! intervint le dernier membre de l'équipe, un peu plus grand que Keith, les cheveux noirs, brossés vers l'arrière.
- D'après ta magnifique tenue, tu t'appelles Erik. Je suis Keith, elle est Kim. Et, si vous permettez que je prenne les commandes pour cette épreuve … Ne pas confondre vitesse et précipitation, n'est-ce pas ?
- J'ai déjà faim, je ne veux pas manquer mon dîner. Je vous laisse, répondit Erik.
- Non non non, attends attends. Cinq minutes de réflexion, et ton terminera premiers.


Habile coup d'oeil. Erik était clairement quelqu'un de puissant, et d'endurant. Ses bras et ses mollets l'exprimaient clairement. Quant à Kim, sa taille fine sous-entendaient qu'elle n'avait rien à envier à une gymnaste. Keith, lui, n'était que rapidité pure. Vivacité physique, et intellectuelle.


- Regardez. La cloche est à environ … cent mètres, je dirais.
- Et les autres nous distancent déjà … répondit Kim.
- Tu vois, mais tu n'observes pas. Il y a plus ou moins deux gros groupes. Les deux se dirigent, semble-t-il, sans réfléchir. L'un va vers ces énormes piscines de boues, trop larges pour être contournées, l'autre esquive les premières colonnes de bois, mais va finir par se retrouver au plein milieu de ce labyrinthe, pour finir par se perdre. Les murs sont bien trop hauts pour s'orienter.


Ses doigts désignèrent rapidement ce qu'il considéra comme des pièges. Mais il se rendit compte qu'en effet, son équipe commençait à perdre trop de temps. D'autres enfants se rendraient compte de leur bêtise et finiraient par rebrousser chemin, pour tenter de gagner de la hauteur. Il fallait accélérer.


- C'est simple. Erik, tu aides Kim à grimper sur ce poteau. Impossible d'atteindre les premières prises qui sont à deux mètres de haut sans aide. Une fois arrivée au sommet, Kim, tu sautes de piliers en piliers jusqu'à cette énorme … toile d'araignée.


Il désigna du menton un énorme amas de cordages qui recouvraient une bonne partie du terrain, et qui rejoignait presque directement la cloque. Il reprit.


- Erik, toi, tu te hisses à cette corde et tu te balances jusqu'à cette plateforme. Puis tu auras une quinzaine de mètres à faire en avançant avec tes bras, sur cette échelle posée à l'horizontale. Elle rejoint une autre plateforme qui, elle même, te permettra de rejoindre Kim sur sa toile.
- Ok ok, je vois. Et toi ?
- Je vais faire ce que je sais faire, courir, et me faire discret. Pas envie que d'autres me suivent.


Aucune objection. Keith aida Kim à grimper sur le dos d'Erik, qui lui même lui permit d'atteindre les petites interstices qui rongeait le poteau de bois. Les doigts de Kim agissaient comme de véritables crochets, et la hissèrent dix mètres plus haut. Au même moment, Erik atteignit sa plateforme. On l'aurait dit insensible à la gravité. La corde ne lui avait posé aucun problème.

La douleur du matin se changea en vague souvenir, tant l'adrénaline affluait dans leur sang.
Keith se mit à trottiner, étudiant rapidement le chemin qu'il allait prendre. Il entama enfin sa véritable course. Il bondit sur un tronc d'arbre, se propulsa au-dessus d'un énorme trou, enjamba une barrière, passa sous une plateforme, facilement accessible, mais inintéressante. Puis il entendit des pas derrière lui. Rapides. Une petite fille aux cheveux bleus. Kelly-087. Elle allait vite. Vraiment très vite. Keith accéléra. Trop confiant, il se pensait trop rapide pour être rattrapé, surtout à cette allure. Pourtant, Kelly gratta quelques centimètres. Encore, et encore. Elle était légèrement plus véloce, et elle avait décidé de le suivre. Le fait d'être rattrapé par une fille était irritable. Et Dieu sait qu'elle n'allait pas beaucoup plus vite que lui. Pourtant, l'inévitable arriva. Kelly se retrouva aux cotés de Keith, qui hésita, l'espace d'un instant, à la faucher purement et simplement dans sa course. Etait-ce interdit ? Il refusa cependant d'agir de la sorte, au détour d'un énorme mur. Ses pieds frôlèrent une corde, tendue à quelques centimètres du sol. Kelly, elle, s'étala au sol. Keith ne s'attarda guère, et profita de l'opportunité pour la semer. Elle ne le retrouva pas.
Quelques mètres le séparait de la cloche. Et un mur. Il leva les yeux au ciel. La toile. Il prit appui contre le dit mur, et se propulsa un peu plus haut. Ses mains s'accrochèrent à une corde. Il aperçut ses équipiers qui se précipitèrent pour le rejoindre rapidement. Son désir d'aller plus vite que Kelly l'avait lessivé. Et c'est avec un bonheur non caché qu'il attrapa la main d'Erik, qui lui facilita la remontée. Puis la cloche sonna. Kim, Erik, et Keith se retournèrent avec une synchronisation remarquable. Une seule personne au sommet, ce fameux John-117.


- On dirait qu'il s'est remit du coup de matraque, et même qu'il s'est très bien remit. Mais il est seul. On peut encore arriver premiers, remarqua le petit Terrien.


- Sauf que là-bas … Keith suivit le regard de Kim … eux, ils vont nous voler notre première place.


Alors que John venait d'atterrir, trente mètres plus bas, sur une pile de coussins, une équipe grimpait le poteau haut de trente mètres. Et ils n'étaient plus qu'à deux mètres de la cloche.
Les trois coéquipiers atteignirent une dernière plateforme. Devant eux, le poteau final. Et au-dessus … Trois sonneries résonnèrent, trois enfants retombèrent. Pas de première place pour l'équipe de Keith.


- Les femmes et les enfants d'abord, Kim.
- En tant qu'enfant, tu devrais y aller le premier, Keith, suggéra Erik.
- Bande d'idiots. Dépêchez vous de sauter, avant qu'on nous vole notre deuxième place.


Keith sauta, et s'accrocha au poteau. Kim le suivit. Erik fit de même. Quelques derniers efforts, et ils sonnèrent l'heure de leur dîner.
Une bonne entente s'était installée dans l'équipe durant l'épreuve. Quelques jours plus tard, Kim et Erik rentrèrent dans le cercle très fermé des rares amis de Keith.



Enregistrements vocaux, Kim :

3 Février 2525 … déjà plusieurs semaines qu'on nous a administré les augmentations génétiques … Déjà plusieurs semaines qu'Erik n'est plus … Ils l'ont jeté dans l'espace, comme tous les autres … * Long silence. * Mes yeux … J'ai peur d'oublier le visage de mes parents … le visage de mes frères … J'ai peur. On m'a dit qu'une place m'était réservée au SRN … Peut être que je pourrais suivre le parcours de Keith. Dieu merci, lui va bien. Il se remet difficilement, comme nous tous. J'espère le revoir un jour … revoir … un bien grand mot. J'espère qu'il ne craquera pas psychologiquement. La mort d'Erik l'a énormément touché …

19 septembre 2525, une ambiance pesante règne au siège du SRN. Une fuite, vers un camp rebelle. Leur base a été repérée dans une ceinture d'astéroïdes du système Eridanus. Il a été décidé de tester les capacités des Spartans. Une escouade s'est infiltrée dans la base, et a capturé le dirigeant rebelle Robert Watts. Un franc succès. Par la suite, le SRN a interrogé Watts qui a donné quelques noms. Je n'en sais pas plus. D'après mes infos, Keith ne faisait pas parti de la première escouade. Mais il a été envoyé, il y a trois jours, vers une autre base, dans le même système. Il s'est infiltré, a glané de nombreuses informations sur les rebelles, et a capturé l'un des contacts de la taupe. Il a été exemplaire, et a parfaitement réussi sa mission. Je suis vraiment très contente pour lui.

15 Juillet 2534, La bataille de Chi Ceti, la Bataille d'Alpha Aurigae, la Bataille de Groombridege-1830, la Troisième bataille d'Harvest, et bien d'autres, moins importantes. Je pense sincèrement que Keith est prêt. Je vais en toucher deux trois mots aux supérieurs. Je ne vois pas comment ils ne pourraient pas s'intéresser à un Spartan-II aussi discret.

3 Septembre 2534, Que je suis heureuse que je suis heureuse ! Ça m'a tant fait plaisir de reparler avec Keith. Après toutes ces années … J'étais un peu stressée. Il a tout de même bien changé. Plus mature, bien sûr, plus sage, aussi. Mais s'il a gardé quelque chose, c'est bien son humour laconique. Comme je le pensais, le SRN a approuvé ma proposition. Je pense avoir convaincu Keith. En travaillant directement pour le SRN, il sera plus utile.

avatar
Legacy
Forgeron
Forgeron

Messages : 121
Date d'inscription : 11/08/2012

http://halolegacy.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par ll Sp4rk ll le Jeu 28 Mar - 12:10

Wow!! euhmai Bas écoute j'ai pas tout lu mais j'aime bien

_________________
avatar
ll Sp4rk ll
Vidéaste
Vidéaste

Messages : 703
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 22

http://www.youtube.com/user/llSp4rkll?feature=mhee

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par Shez le Sam 30 Mar - 11:25

J'espère que la suite arrive bientôt parce que c'est génial !
avatar
Shez

Messages : 2008
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par Legacy le Sam 30 Mar - 17:40

Merci c'est toujours sympa d'avoir des critiques ^^ Désolé pour les autres car certains trouverons ça un peu "long" je dirait ^^ mais bon voilà je fais comme je peux :'D

_________________
avatar
Legacy
Forgeron
Forgeron

Messages : 121
Date d'inscription : 11/08/2012

http://halolegacy.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par Shez le Sam 6 Avr - 21:50

Long ? Pas du tout, enfin si on accroche. Vite la suite !!
avatar
Shez

Messages : 2008
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par Leader rouge le Ven 12 Juil - 13:26

J'avais mis ce sujet en marque page et j'ai fini par prendre le temps de le lire.

C'est un beau travail d'écriture riche de créativité. Le style et la forme sont très soignés. De plus, j'ajouterais que le fait d'avoir repris une partie de l'histoire de "HALO : LA CHUTE DE REACH" vu par un autre personnage est judicieux, bien qu'on connaisse déjà la trame du scénario qui va se jouer, si on a déjà lu le livre. J'espère que la suite sera moins calquée sur le livre, sans toutefois en être complètement détachée (maintenant que le rapport a clairement été établi, il serai très maladroit de ne plus l'exploiter). Car malgré l'ingéniosité de reprendre les événements narrés dans le premier tome de la franchise Halo, la poursuite de cette logique pourrait, à mon humble avis, très rapidement lasser les lecteurs ayant connaissance de cet ouvrage.
avatar
Leader rouge

Messages : 740
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Endoctrinement et Tolérance.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum