[Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Erydrim le Ven 30 Déc - 10:33

Bonjours à tous !
Je vais commencer ma fanfic', qui parlera de la suite de H3, la campagne de Halo 4.
Je voudrais préciser que je m'inspire de toutes les infos que nous avons en ce moment sur H4 ainsi que certaines hypothèses mineures proposées par d'autres personnes, même si la quasi-totalité de la fanfic' vient de mes idées sur H4...
Bonne lecture, et j'espère que ma fanfiction étanchera votre soif de H4 pour un moment !




Prologue:

La lumière se fit de plus en plus aveuglante, jusqu’à éblouir totalement la vue du Major. Il devait se cramponner à la structure arrachée du vaisseau pour éviter d'être aspiré par l'énorme force d'attraction que produisait cette gigantesque machine.
- J'active l'immobilisation partielle de votre armure en cas de choc, John. se pressa de dire Cortana.
- Bonne idée. J’espère ne pas avoir de mauvaise surprise un fois à l’intérieur, si j'y arrive indemne...
- Vous savez que vous survivrez, ce n'est pas après tout ce que vous avez vécu que vous mourrez dans une structure inconnue je ne sais où dans l’univers...
-
De toute faç... fit John avant d'être expulsé à l'arrière du vaisseau à cause d'un terrible choc, suivit d'un grincement puis d'un autre choc, indiquant la contact avec le sol.
Puis le toit s'effondra sur le Spartan, le condamnant à se frayer un passage tant bien que mal vers la sortie.

Au loin, on entendis un cri. Il n'avait rien d'humain...


Histoire : Partie 1 :

Spoiler:
Chapitre 1: L'arrivée

Le Major martela de ses poings la poutre de métal abimée qui lui barrait le passage, et réussi à la casser en deux. Cela faisait une demi-heure qu'il se frayait un passage à travers les débris du vaisseau détruit, en quête d'une issue. Cortana essayait en vain de tracer un itinéraire au milieu de ce chaos. John lui, avançait tour droit en déblayant les obstacles.

Il arracha un pan du mur devant lui et se retrouva brusquement à l'air libre. Il faisait nuit, une nuit profonde et sans astre pour éclairer le paysage.
-Voyons où nous avons atterris, dis le Spartan avant d'allumer les torches sur les bords de son casque.
Même avec son éclairage, on ne voyait pas à plus de six mètres devant soi.
- Première surprise, dit calmement le major. On est sur de l'herbe, qui est vraisemblablement sur de la terre.
- Je lance la procédure de scan à minéraux, annonça l'IA.
Après un cour moment d'analyse grâce aux capteurs incrustés dans l'armure du Spartan, Cortana donna les résultats de l'analyse:


- Sol composé majoritairement de terre et herbe modifiée, ainsi que des roches étrangères: ça sent la terraformation à plein nez.
- Amusant, je ne savais pas que mon armure avait ce genre de capteurs...
- Et bien, pendant votre cryogénisation, j'ai eu le temps de rajouter des éléments du prototype d'armure Mark VII, qui était contenu dans notre frégate, l'UNSC Forward Unto Dawn. Vous avez d'ailleurs expérimenté le propulseur miniaturisé avec une brillante efficacité, John.
- Oui, maintenant que tu le dis je vois des nouveaux programmes d'aptitudes enregistrés dans mon armure. Donc si je résume, nous somme rentré dans une gigantesque structure inconnue, et avons, plus ou moins, atterris sur une planète artificielle, mais il faudra attendre le jour pour les confirmations.
Tout à coup, leur conversation fut interrompue par un grognement sourd. Le Major dégaina immédiatement son magnum lance-grenade et se mis en position de défense.
- Du mouvement sur la gauche ! S'exclama Cortana.
Le Spartan se retourna vivement et tira quelques balles où il lui avait semblé apercevoir quelque chose... Ses tirs furent récompensés d'un étrange glapissement, mi-gargouillement mi-grognement. Puis il y eu un mouvement vif, et la créature décampa.
- Il s'enfuit ! grogna John avant d'amorcer un mouvement de course.
- Arrêtez ! S'écria Cortana. Ne vous éloignez pas du vaisseau, en pleine nuit dans un lieu inconnu ! Que vous arrive-t-il ?
- Désolé, mais après un réveil d'une cryogénisation d'une dizaine d'année, je suis encore un peu confus, surtout après de pareils événements en si peu de temps.
Ils décidèrent donc de rester là où ils étaient et attendirent le jour. Quelques heures plus tard, le jour pointa paresseusement son nez. Ce jour était composé de sept petits soleils rouges et jaunes.
- Curieux, dis le Major, si nous sommes à l'intérieur de la structure, comment est-ce possible qu'il y ait des soleils ?
- Et si ces soleils sont aussi artificiels que le sol, c'est une technologie qui dépasse notre entendement, renchéri l'IA. Attendons que les soleils nous éclairent, pour mieux voir autour de nous.

La lumière ne tarda pas à se faire. Le Spartan et son IA regardèrent avec ébahissement le paysage qui s'offrait à eux. Ils avaient atterri sur une énorme plateforme rocheuse parsemée d'herbe ondoyante au gré de la légère bise qui soufflait. En face d'eux, un paysage montagnard dégagé, sans doute au creux d'une montagne, s'étendait à perte de vue. De grands rochers pointus s'élevaient vers le ciel, entourés de plaines verdoyantes. Il n'y avait aucun signe d'activité aérienne, autant animale que mécanique. Il régnait un calme étrange, mais curieusement, un léger sentiment de malaise régnait, comme si quelque chose n'allait pas.
- C'est trop calme ici... dis John, méfiant comme à son habitude.
- Regardez, en haut des sommets rocheux, des tours !
Effectivement, avec son zoom incrusté dans sa visière, le Major pus apercevoir des tours fines et élancées, séparées en deux au niveau de la longueur.
- Ce style d'architecture m'est familière, dit John. Est-ce que les Covenants...
- Non, les Covenants ne sont pas avancés au point de pouvoir créer des mondes artificiels dans une machine à l'échelle planétaire. En plus, les trois tours que nous pouvons apercevoir son grises avec une légère luminescence bleutée, alors que les covenants tirent sur le violet, mais ça vous le savez, John... dis Cortana, catégorique.
- Je sais ! J'ai vu ce genre de tour sur les Halo ! Et 343 Guilty Spark nous à expliqués que nous devions ces chers Halo aux Forerunners, donc...
- Vous supposez que c'est une construction Forerunner. Ça se tient, mais nous ne savons rien d'eux... Bref, je vous propose de faire le tour de l'épave, et trouver l'armurerie, ça m'étonnerais que vous alliez bien loin avec les munitions qui vous reste...
Le major émit un grognement d’approbation, avant de s'arrêter net. Il observait la trace de sang qu'avait laissé son mystérieux adversaire. C'était du sang vert, mélangé à une espèce d'huile.
- Par contre, je sais ce qu'est-ce sang...
- Le Fossoyeur ! s'exclama Cortana horrifiée.
- Exactement. Je n'aime pas ça du tout... Je part à la recherche de l'armurerie, je ne veut pas être désarmé si je tombe encore une fois contre ces saloperies. Il faut aussi que je lance un signal de détresse à l'ONI, l'UNSC et tous ceux qu'on connait.
- Allez John. Ne trainez pas.



Chapitre 2: L'armurerie

Le Major se dirigea vers les décombres encore fumants. Il était sorti tout près de la salle de cryogénisation, il décida donc d'y retourner pour partir à la recherche de l'armurerie. Il du se frayer un passage à travers les débris, et tomba né a né à une énorme poutre de métal qui interdisait l'entrée aux salles de cryogénisation.
- Je constate une forte chaleur liée à la surchauffe des cryogènisateurs. Je vous conseille de... dis Cortana avant d'être coupée par une déflagration qui souffla tout le mur latéral où se trouvait le Major quelques instants plus tôt.
- J'ai compris le message, ironisa John avant de s'éloigner de cette zone à risque.
Il aperçu un terminal qui pendait sur ses fils, faisant des crépitement inquiétants.
- Est-ce que tu pourrais télécharger le plan du vaisseau détruit afin que l'on puisse se repérer plus facilement ?
- C'est faisable, mais je ne garantis pas de résultat, répondit l'IA. Installez moi sur la plateforme de téléchargement.
Le Spartan connecta l'IA au terminal et attendit.
- Chargement des données... 20 %... 30%... 35%...
Mais le terminal pris feu au niveau des fils. Le Major s'empara de Cortana et arracha le terminal qui commençait à siffler en dégageant de la fumée âcre, et le lança plus loin où il explosa sans faire beaucoup de dégâts.
- Alors ? Demanda le Major.
- Il y a beaucoup de zones de blanc, mais j'ai environ toute l'aile où nous nous trouvons. Je ne vois qu'une partie de l'armurerie, qui m'a l'air intacte, mais le passage qui y mène est remplis d'obstacles. Il y a une zone de blanc entre notre destination et le couloir qui y mène, mais nous verront bien. Je vous envoie le plan à suivre sur l'interface de votre casque.
- Je l'ai. En route !

Le Spartan partit de la salle où il se trouvait pour suivre l'itinéraire tracé par Cortana. Sa progression était fortement ralentie par les débris et les zones instables, et il arriva vers la fin de son parcours vers le milieu de la journée.
- Nous y sommes presque, annonça l'IA. Nous arriverons bientôt au couloir qui relie l'armurerie.
Tout à coup, des bruits de pas vifs résonnèrent au dessus du Major. Il s'arrêta vite et sortit son magnum lance-grenade. Les bruits retentirent encore, plus nombreux.
- Deux. Quatre. Six... Vingt-quatre. Soit notre visiteur à vingt-quatre pattes, soit il a ramené ses copains. Je pense que nous allons enfin voir à quoi ressemble notre visiteur nocturne...
- Faites attention...
- Toujours.
Le Spartan était arrivé à la porte qui menait au couloir. Le système d'ouverture étant bloqué, il s'apprêta à l'enfoncer. Il chargea son magnum, pris légèrement de l'élan et enfonça la porte et se mis accroupi en position défensive, le magnum pointé devant lui. Cela lui sauva sans doute la vie. Une chose essaya de renverser John en lui bondissant dessus et en poussant un cri mi robotique mi animal. Le Major, stoïque, lui envoya quatre balles se loger dans sa tête, puis esquiva la masse en se jetant sur le côté. La bête alla s'écraser sur le cadre de la porte enfoncée pour ne plus bouger. Mais déjà le Spartan devait esquiver un coup de bras pourvus de lames osseuses qui était dirigé contre lui. Il sorti son couteau et l'enfonça violemment dans la cage thoracique du monstre et donna un coup vertical sec qui répandit un liquide vert fluorescent, qui creusa un cratère dans le sol métallique du vaisseau, et qui disloqua le couteau du Spartan. John n'eu pas de répit: deux monstres l'attaquèrent en même temps. Il donna un coup de crosse au premier monstre, ce qui dévia son bond et le fit s'empaler sur un pan du mur déchiqueté. Il évita de justesse une rafale de crochets que lui lança l'autre créature et lui vida un chargeur dans le ventre. Cela suffit à terrasser le monstre, mais le Major jura: il ne lui restait plus que deux grenades et plus une seule balle dans son magnum. Il avait traversé la moitié du couloir lorsque le mur derrière lui fut projeté en face, et il sortit un flot de créatures difformes.
- La porte de l'armurerie ! hurla Cortana. C'est le seul moyen de nous sauver !
Le Spartan enjamba les derniers mètres qui le séparait de la porte et tapa très vite le code d'accès. Le dispositif d'ouverture grésilla, puis rendit l'âme.
- Et merde ! cria le Major.
Les monstres étaient à quelques mètres derrière lui. Il visa le plafond avec son arme et projeta une grenade, qui alla se coller sur la surface métallique. Elle explosa une fraction de seconde plus tard, et fit écrouler le plafond devant le Spartan, écrasant une ou deux créatures, et bloquant le passage aux autres. Mais malheureusement, un monstre réussi à passer avant que le plafond ne bloque le couloir, et se jeta sur le Major, la mâchoire tordue et dégoulinante de cette bave vert fluo corrosive. John le pris par la tête et l'accompagna dans son mouvement, en pivotant sur lui même, et broya la face de la créature sur le bord de la porte de l'armurerie. Le monstre ne bougea plus, et sa bave creusa un trou à mis épaisseur de la porte.
- L'armurerie étant une position stratégique, elle a été créée pour être défendable. Elle est entourée de murs blindés à l'eryarium, qui résiste fortement aux impacts de balles. Il faut trouver un moyen de forcer cette porte blindée et de consolider notre position avant que ces choses ne réussissent à se frayer un passage à travers les décombres... dit l'IA, paniquée.
- J'ai trouvé, grogna John.
Il souleva le monstre par la tête et lui râpa la face sur les interstices de la porte. Le liquide vert se répandit et creusa des sillons autour de la porte. Le Major arrêta dès que toute la substance fut écoulée. Mais cela ne suffit pas. Le Spartan recula alors, et tira sa grenade sur la porte. Il la fit exploser, mais ne réussi toujours pas à casser la porte. Les coups sur les débris dans son dos se faisaient plus insistants, et étaient entrecoupés de craquements métalliques qui ne signifiaient rien de bon...
- Elle doit être assez fragile maintenant, j'espère, dit John, avant de se jeter sur la porte, l'épaule en avant.
Il tenta d'enfoncer la porte à plusieurs reprises. À la troisième, un craquement retenti bruyamment, à la quatrième, la porte céda. Le Major se précipita dans la pièce. Il repéra tout de suite les barricades et le matériel de renforcement de structure près de la porte. Il plaça immédiatement les barricades et renforça le trou que la porte avait laissée avant d'être enfoncée. Ceci fait, il fit le tour de l'armurerie, et choisis ses armes. Il rempli son magnum de munitions, pris des grenades à fragmentation, un fusil à pompe qu'il garda à la main, et enfin un BR 73, fruit des expériences d'innovations faites sur le vaisseau avant les événement des Halo. Toutes ces armes ralentiraient à coup sûr le Spartan, mais il préférait cela à être plus rapide mais moins armé.
- Regardons de plus près à quel type d'ennemi nous avons à faire, dis le Major en retournant le cadavre de la créature qu'il avait trainé dans la salle avant de renforcer l'entrée.
C'était un robot à la forme vaguement humanoïde, un peu plus petit que le Major, pourvu de quatre tentacules visqueuses en guise de bras, la tête déformée par une figure grimaçante et tordue, encore plus abimée par les soins que lui avait prodigué le Spartan. Le corps du robot en lui même était fin et effilé, mais le parasite, car c'était certain, s'en était un, avait déformé l'armure de métal du robot, pour faire pousser les excroissances du communes à ces créatures, comme ses tentacules et sa parodie de tête.
- Un parasite qui infecte une machine ? Comment est-ce possible ? Je croyais qu'ils ne pouvaient investir que des corps organiques ? s'étonna John.
- Moi aussi je le croyais. Cela me trouble, répondit l'IA. Si ce parasite est capable d'infecter des machines...
Ils furent coupés par un terrible craquement, signe que les robots infectés avaient réussi à passer l'obstacle du plafond effondré. Puis quelques instants plus tard, ils se jetèrent sur la porte barricadée. Le Major poussa une caisse d'arme devant la porte pour ralentir leur progression et se mît à la recherche d'un poste pour lancer un appel SOS. Malheureusement, il n'y en avait pas.
- Je crois qu'il va falloir chercher ailleurs... Mais avant, éliminons les intrus, dis férocement le Spartan.
Il poussa la caisse de moitié sur le coté et attendit. Un creux ne tarda pas à se former, et une face mécanique pourvue de bubons visqueux apparue. Elle fut reçue par de la grenaille à bout portant, qui arracha la tête du monstre, la faisant voler au loin. Mais les autres parasites élargissaient la fracture, et bientôt le Major du reculer, non sans infliger de lourdes pertes à l'ennemi. Il lança une grenade à fragmentation dans leur direction, faisant gicler des membres autant mécaniques qu'organique dans tous les sens, stoppant leur progression pendant quelques instants. Il y avait des armes renversées partout, mais heureusement, les bêtes ne s'en servaient pas. - Je vais bientôt être acculé !
- Regardez, seuls les robots ayant eu de lourds dégâts infligé ne se relèvent pas ! Les autres avancent toujours ! Et il y a encore de ces horribles choses qui arrivent par la brèche ! dit Cortana, désespérée.
- Il faut survivre ! cria le Major avant de redoubler de rage et d'ardeur au combat.
Mais il reculait toujours. Soudain, quand la situation devenait critique, la barricade déjà fracturée explosa en mille morceaux, et une énorme machine, plus grande que le Major d'au moins un mètre, apparue sur le seuil de l'entrée. Elle avait deux puissantes jambes mécaniques légèrement accroupies, un large plastron, où brillait au sommet une lueur bleue vive, pas de tête mais deux énormes bras pourvus d'un double canon à la place de la main gauche, et un espèce de gigantesque marteau dans la main droite. Le robot tira une décharge bleue électrique avec un des canons, qui percuta de plein fouet la masse d'ennemis qui se dirigeaient vers la Spartan, à sa grande surprise car il croyait qu'un ennemi bien plus puissant se présentait à lui. Les monstres touchés par la décharge tombèrent raides, mais seules les parties mécaniques semblaient êtres figées: les excroissances visqueuses des parasites bougeaient dans tout les sens. John réussi à se défaire des deux ennemis qui essayaient de le découper à l'aide de leurs lames osseuses imprégnées de ce liquide corrosif en leur faisant manger de grandes doses de grenaille. Le mystérieux sauveur robotique du Major tira alors avec le second canon un concentré de chaleur dirigés sur les parasites. La puissance de l'arme était destructrice: aucun monstre n'en réchappa, et fut littéralement fondu sur place. Puis la grande machine fit pivoter son corps à la base du torse de sorte à ce qu'elle soit complètement retournée, puis faucha une demi douzaine de monstre avec son marteau, qui émit une décharge antigrav dévastatrice. La pièce était nettoyée des parasites, les quelques survivants préférant s'enfuir.
- Nous sommes sauvés ! soupira Cortana.
- Oui, et je me demande pourquoi cette... dis John avant de se figer.
La machine s'était retournée vers lui, et commençait à charger une munition bleue, le canon pointé sur John.
- Et mer... fit-il en tentant s'esquiver le tir.
Mais il ne fut pas assez rapide. La décharge le toucha de plein fouet. Toutes les fonctions de l'armure du Major s'arrêtèrent net. Il perdit conscience, sachant que la mort l'attendait de pied ferme. Avant de sombrer dans l'inconscience, il entendis un son étouffé qui lui semblait familier...



Chapitre 3: La rencontre

Une lueur bleue... Un battement régulier... Un léger picotement... L'esprit revenait peu à peu au Spartan. La frégate... Le parasite... Cortanna ! Il se releva d'un bond, ou du moins essaya, haletant, l'adrénaline du combat ressurgit brusquement. Il était collé dans une espèce de substance solide mais légèrement molle.
- Calmez vous, humain !
Guilty Spark ? Se demanda le Major en entendant cette voix. Il put s'assoir sans toutefois parvenir à s'extraire de la substance qui le gardait prisonnier. Puis il écarquilla les yeux sous son casque. Il se trouvait dans un immense bâtiment gris clair, aux murs anguleux et veinés de sillons bleu terne. Le plafond était fait d'une vitre opaque renforcée de poutres qui s'accordaient parfaitement avec le décor. Mais le plus étrange et impressionnant à la foi, c'était les deux extraterrestres qui regardaient John à travers leurs armures. Celles-ci les recouvraient totalement. Elles étaient très fines, mais ne semblaient pas être fragiles, et laissaient deviner la forme gracieuse des êtres. Elles étaient noires en général, sauf pour celui qui se trouvait à la droite du Major, où des fioritures dorées taillées avec une précision époustouflante ornaient son armure. Le casque de celle-ci épousait la forme du crâne, légèrement plus allongé que celui d'un humain, et était coiffé d'une sorte de couronne dorée, ressemblant à une miniature de celle des prophètes Covenants. Son armure était finement ouvragée. Quand à celui de gauche, son armure était similaire à celle de son voisin, mis à part qu'elle semblait moins précieuse et décorée que l'autre. À ses poignets étaient fixés deux étranges appareils, comme des gants de métal, où une boule verte en son centre tournait furieusement. Il n'avait pas la couronne sur son casque. Plus étonnant encore, un monitor flottait entre eux, et ressemblait comme deux goutes d'eau à 343 Guilty Spark, sauf peut être que la lumière que dégageait son globe oculaire était d'un bleu cyan profond.
Les créatures ne bougeaient pas, et attendaient manifestement que le Spartan se remette de sa surprise et ait fini de les observer.
- Bonjour, humain, dit l'alien de droite, d'une voix masculine et douce, ressemblant fortement aux humains. Je suis de ceux que tu appellerais Forerunner. Je vois que beaucoup de questions se pressent déjà sur tes lèvres, mais prend ton mal en patience, et écoute nous jusqu'au bout.
Mais à ce moment là, un troisième alien, différent des autres cette fois-ci sortit d'une pièce qui se situait visiblement à coté de celle où se trouvait le Major.
Son armure était plus épaisse, les angles plus incisifs, elle dégageait une impression de puissance majestueuse. Il avait au poignet gauche la même machine que l'autre Forerunner, s'il fallait les en croire, mais en plus allongé. Ses doigts dépassaient du "gant", protégés comme ceux du Spartan. Dans son dos était accrochée une arme au long et fin canon, bleu à l'intérieur, et strié de rainures bleues parfaitement droites. Le reste de son arme disparaissait dans son dos. Le casque de ce Forerunner était ce qui changeait le plus par rapport à ses semblables: il était puissamment renforcé de plaques d'armures et ne faisait qu’un avec le cou et les épaules. Ce qui semblait être la visière était un triangle où brillait un œil bleu inquisiteur, deux pics gris dépassant sous cet œil, rappelant des dents. S’il y avait un guerrier dans cette pièce, c'était évidemment lui et il n'avait pas l'air commode. Il tenait quelque chose dans sa main droite. Il alla se mettre au centre de la pièce où une tablette reposait au milieu du sol sur lequel un glyphe incrusté brillait.
Il posa ce qu'il détenait dans sa main sur la tablette, prit une sorte de bille molle et la pressa. De l'énergie sembla parcourir le sol, puis monta dans la tablette. Puis un hologramme se matérialisa en son centre.
- Cortana ! S'écria John avant de se débattre. Relâchez moi ! ordonna-t-il aux extraterrestres.
- Comme vous voudrez, soupira d'une voix féminine le second Forerunner à la gauche du Spartan. Il posa simplement sa main sur la matière qui retenait John, et elle se détendit immédiatement, lui permettant de se libérer.
Il se précipita vers l'IA. Il voulut la prendre, mais le guerrier posa sa main sur le Major, le retenant fermement.
- Ne la débranchez pas, dit-il d'une voix profondément grave. Le choc IEM l'a ébranlée. Elle est en train de se régénérer, mais n'intervenez pas, ou vous risquez de la perdre.
- Vous ne croyez quand même pas que je vais me laisser abattre par une simple onde IEM quand même ? retentit la voix de Cortana dans leur dos. Alors John, qui sont nos sympathiques hôtes ?
Le ton qu'employait l'IA ne semblait pas beaucoup plaire au guerrier, mais il ne dit rien, laissant la parole au monitor.
- Je m'appelle 686 Faulty Embers, monitor de l'installation Graphite I. Nous voulons bien vous éclairer sur ce que nous sommes et où nous sommes, mais il faudra d'abord que vous nous laissiez entrer dans la base de données de votre IA très spéciale, car nous sommes avides de savoir ce qui s'est passé pendant tout ce temps, et nous n'avons pu collecter que des informations minimes sur votre armure. Seulement après, vous pourrez poser toutes vos questions.
- C'est hors de question, dit tranquillement le Spartan. Nous ne savons même pas qui vous êtes et vous nous demandez d'accéder à une base de données qui contient des informations capables de nous éliminer ?
- Attendez un peu, John. Que vouliez vous dire, Embers, par "IA très spéciale" ?questionna Cortana. Elle savait ce qui avait failli lui en coûter de vouloir toujours apprendre face au Fossoyeur, mais même si cette envie s'était grandement atténuée, elle restait quand même présente. D'ailleurs, personne ne pourrait résister à en savoir plus sur les Forerunners alors qu'ils sont en chair et en os devant vous, sauf son Spartan peut être, songea-t-elle.
- Je voulais dire par là que vous êtes dans un stade de méta-stabilité, alors que je pensais que moi seul pouvait atteindre cette phase, grâce à mes créateurs, dont les seuls survivants sont devant vous.
S'en fut trop pour Cortana. Savoir que ses ôtes étaient les derniers représentants de l'espèce la plus intelligente et évoluée qui n’aie sans dote jamais existé, et qui leur avait causé tant de problèmes, excitait incroyablement sa curiosité.
- C'est d'accord , dit l'IA. De toute façon, je ne vois pas d'autres moyens de s'en sortir, ajouta-t-elle intérieurement.
- Et tu sûre de ce que tu... fit John avant d'être coupé par Cortana:
- Je sais ce que je fais, vous devriez le savoir.
- Humm.
- Bien, dit le Forerunner à la couronne. 686, commence s'il te plait.
Le monitor s'approcha alors de Cortana, et répandit une douce lumière bleue sur elle. Puis il canalisa son faisceau sur la tête de l'IA. Celle-ci sembla s'endormir, puis elle s'affaissa sur la tablette, comme plongée dans le coma. Le monitor était parfaitement immobile, tanguant beaucoup moins qu'à l'ordinaire. Le faisceau se mît à changer de couleur. C'était un spectacle curieux à regarder, presque apaisant. Le Forerunner qui avait un casque "normal" alla chercher un objet hexagonal, posé sur une table en face d'eux, au style curieux, mélangeant angles arrondis et carrés. Puis il revint à sa place et ne bougea plus. Comme l'opération s'éternisait, le Major observa plus attentivement la salle où ils se tenaient. Le sol était gris sombre, et l'on pouvait apercevoir ces rainures bleues incrustés dans le sol, qui paraissaient faire partie intégrante de l'architecture Forerunner. En les regardant de plus près, il s'aperçut qu'elles convergeaient vers le centre de la pièce, où se trouvait la tablette. Les rainures semblaient partir d'autres salles, d'après les portes triangulaires toujours situées au dessus d'une ligne bleue. La pièce générale ressemblait à un amphithéâtre, d'après les gradins situés en arc de cercle autour de la plateforme où il se trouvait. Une boule de lumière flottant à environ dix mètres au dessus d'eux éclairait la pièce chaudement, et efficacement, même dans les angles les plus reculés de cette immense salle. En face de l'amphithéâtre se situait visiblement un espace de réunion, avec la longue table qui flottait à un mètre du sol. Il y avait divers autres meubles étranges, la plupart incrustés dans la paroi. Il remarqua qu'un creux se situait au milieu de la table, avant d'être ramené à la réalité par le soupir de 686 Faulty Embers. Il se tourna vers les Forerunners, pendant que Cortana semblait se réveiller.
- Vous avez beaucoup de choses à savoir
fi simplement le monitor, qui s’avançait vers le Forerunner qui détenait le mystérieux objet. Celui-ci le tendit au monitor qui se connecta. La lumière de son globe oculaire papillonna légèrement, puis Embers se retira. L'objet était maintenant devenu violet. Les aliens se réunirent, sauf le guerrier qui semblait surveiller le Major, les bras croisés. Ils posèrent leur main droite sur l'objet, et une vibration sortit de celui-ci. La couleur violette s'atténua, et les Forerunners retirèrent leur main. Le guerrier s'avança vers eux et prit à son tour l'instrument. Visiblement, il ne leur faisait pas encore confiance. La lumière violette disparut complètement, et l'objet redevint gris métal.
- John, cela vous gênerait-il de venir me chercher ou préférez-vous admirer les fruits de mon partage ?
- J'arrive, répondit celui-ci en souriant sous son casque.
Il prit son IA et la connecta à son armure.
- Ha ! Beaucoup mieux ! s'exclama-t-elle.
Si vous voulez bien venir vous asseoir, nous allons vous conter notre histoire, Spartan John 117, IA Cortana, dit le Forerunner couronné avant de se diriger vers la table flottante, où des sièges sortirent du sol pour se stabiliser en lévitation devant la table. Ils s'installèrent et le monitor alla se poser dans le creux de la table.
Ce fut le guerrier qui prit la parole.
- Vous vous demandez sans doute ce qui est arrivé après l'activation des halos, il y a de cela bien longtemps ? Écoutez bien notre histoire alors. Embers, projection s'il te plait. Le Monitor projeta alors un hologramme criant de réalisme, qui engloba toute la table, représentant la même pièce que celle où se trouvaient le Spartan et son IA , mais beaucoup plus animée cette fois-ci. Puis le Forerunner commença son histoire...


Chapitre 4: Les survivants

«Je vais d'abord nous présenter. Je m'appelle Maleoïd, Soldat de classe onyx. Voici Or'x Cylirion, notre chef, Bâtisseur, fit-il en désignant le Forerunner à la couronne. Et voici Ank'n Rypher, notre Biothéoricienne. Votre IA a certainement appris des choses sur nous pendant le Partage, elle vous éclaircira sur nos rangs. Mais passons à notre histoire.

Jadis, nous fûmes un très grand peuple, autant par sa taille que par son intelligence. Personne ne nous égalait technologiquement, et nous étions respectés dans toutes les Galaxies Connues. Puis vint le GrandNecro, où Fossoyeur comme vous le nommez. Il voulait infecter et anéantir toutes formes de vies à sa portée. Nous avions scellé une alliance, un pacte avec nous-mêmes ainsi qu'avec les autres peuples : nous étions leur protecteur et en échange ils nous laissaient le pouvoir sur eux, pouvoir dont nous n'avons que très peu usé. C'était même ce que vous appelleriez une religion. Nous devions arrêter cette menace, plus grande que tout ce que nous avions rencontrés jusqu'ici. Il s'en suivit une guerre sans merci, qui dura des siècles.

Le Premier Siècle, nous combattîmes le Fossoyeur en déployant toute la puissance dont nous disposions. Mais nos frères tombés au combat se retournaient contre nous, et devoir les tuer nous était insupportable, car le meurtre d'un Forerunner était inconcevable jusqu'ici.

Le Second Siècle, nous cherchâmes des solutions contre cet ennemi qui ne reculait pas, car chaque tué devenait ennemi, et il nous était impossible de le contrer. Nous découvrîmes un système solaire contenant une dizaine de planètes, toutes habitées par une espèce primitive, qui n'avait même pas atteint le neuvième palier. D'ordinaire, nous aurions aidé cette espèce à se développer, mais nous étions en guerre contre un ennemi incommensurablement puissant.
Nous avons commis un acte que nous n'aurions jamais cru possible de notre part : nous avons littéralement apprivoisé cette espèce, où plutôt mise en esclavage.
Un Bâtisseur du nom de Or'x Lartha avait eu une idée qui pouvait faire basculer la guerre en notre faveur : il voulait que l'on fasse de cette espèce des cyborgs nous obéissant au doigt et à l'œil. La solution semblait parfaite : il était beaucoup plus rapide et simple d'en faire des cyborgs que de fabriquer carrément des drones de combat. Et si le GrandNécro les infectait, nous pouvions à tout moment les faire s'autodétruire ou alors désactiver leur armement pour les rendre tout à fait inoffensifs. De plus, nous pouvions désormais rester à l'écart des combats, et que nous disposions d'une réserve de "soldats" inconnue du Parasite. Nous avons adopté cette solution. Et elle marcha très bien pendant une décennie, décimant et repoussant peu à peu l'infection. Nous nommâmes nos guerriers "Oclonites", mot qui signifiait espoir et victoire.

Nous entamâmes le Troisième Siècle alors que la guerre se présentait sous un jour favorable. Alors que nous croyions avoir remporté la guerre, tout s'effondra. Le GrandNécro, à notre grande surprise, avait réussi à perturber les systèmes bioniques des Oclonites avec une incroyable efficacité. Il avait dû y travailler pendant de longues années, et nous n'y avons vu que du feu. Les Oclonites se firent infecter, et devinrent méconnaissables, car le peu de matière organique qu'ils contenaient était entièrement infecté et déformé.
La guerre commença à prendre une envergure catastrophique, et les autres peuples ne nous étaient pas utiles car ils n'étaient pas assez puissants pour résister au GrandNécro... Nous dûmes retourner aux méthodes du Premier Siècle. Et notre civilisation commença à se décimer petit à petit.

Nous entamâmes le Quatrième Siècle. La guerre n'avançait à rien, et nous commencions à disparaître un à un. De désespoir, nous dûment prendre une décision. Nous lançâmes alors le projet Halo. Vous connaissez le but de cette installation. Nous préférions voir s'éteindre toutes formes de vie sur un rayon de vingt-cinq mille années lumières que de laisser le Parasite nous consumer. En accomplissant cela, nous l'affamerions jusqu'à le faire disparaître. Mais il fallait détourner son attention pour pouvoir construire ces installations. Seul les Bâtisseurs les plus talentueux ainsi que la main d'œuvre minimum fut requise. Tout le reste des Forerunner, qu'ils soient enfants ou adultes, partirent lancer une énorme offensive, la plus grande que l'on ait jamais vue, contre le GrandNécro.
Cette armée fit le siège du Parasite, établissant un barrage impénétrable rapidement. A long terme, nous savions que cela ne résisterait pas. Mais chacun savait son destin scellé, et voulait faire gagner le plus de temps à l'Alero, nom donné aux constructeurs des Halo.

C'est au milieu du Cinquième Siècle que les Halo furent terminés. Tout était près. Mais avant de lancer, Cylirion, membre de l'Alero, ralentit le projet, car il avait trouvé une solution pour que notre peuple ne s'éteigne pas complètement. Il imagina les Mondes-Boucliers, mondes artificiels entourés d'une sphère protectrice qui pouvait passer au travers du rayon destructeur des Halo. Il put en créer trois en un demi siècle. Le premier fut le Monde-Bouclier Onyx. Le second le Monde-Bouclier Graphite I et son jumeau, le Monde-Bouclier Graphite II.

Le Sixième Siècle commença. Le siège du GrandNécro commençait à se rompre. Il ne restait presque plus de survivants Forerunners. Moins d'un millier, contre au moins dix fois leur nombre. Les Halo furent activés à retardement. Rien ne pouvait plus les arrêter. Des vaisseaux vinrent chercher les survivants pour les emmener sur les Mondes-Boucliers. Ceux ci étaient d'ailleurs remplis d'Oclonites, qui nous serviraient de main d'œuvre une fois le GrandNécro disparu. Par miracle, seulement un de nos vaisseaux fut détruit, emportant une centaine de nos frères dans la mort. Mais notre chance ne dura pas plus longtemps. Le Parasite nous rattrapa, et détruisit Graphite II sans que nous puissions rien faire, réduisant d’un tiers les survivants. Il était prévu d'envoyer trois cent vingt-cinq personnes dans chaque Monde Bouclier.
Six cent cinquante restaient après l’extinction de Graphite II.
Le vaisseau qui devait mener à Onyx fut alors infecté, et les passagers le découvrirent à leur dépend seulement cinq jours après être partis.
Nous n’avons plus de nouvelles depuis. Nous apprîmes plus tard que personne n'habitait sur Onyx... Plus que trois cent vingt-cinq survivants. Tous réussirent à atteindre Graphite I. Et nous fûmes sauvés. Du moins le croyions nous. Un parasite s'était infiltré dans notre vaisseau et avait fait profil bas pendant le trajet. Il s'installa sur Graphite I sans que nous n’en sachions rien. Puis un an seulement après l'activation des Halo, il revint à la charge, et infecta les Oclonites. Ceux-ci massacrèrent les Forerunners. Nous étions cinq à avoir survécu.
Nous nous sommes retranchés et avons combattu le Parasite. Pendant des milliers et des milliers d'années, nous avons combattu sans relâche, n'osant pas sortir, si nous en avions l'occasion, de peur de ce qui rôde dehors. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser notre peuple s'éteindre. Deux de nos compagnons sont mort.


Maleoïd se tu enfin. Plus personne ne parla pendant de nombreuses minutes, John et Cortanna assimilant ce qu'ils venaient d'entendre. Tout s'éclairait. Les Halo. «Foutues installations», songea le Major.
- Bien, annonça Or'x Cylirion. Rypher, emmène nos invités dans une caserne, et profite-en pour leur faire visiter le bâtiment. Je compte en faire des alliés à part entière. Je compte quitter ce monde, et survivre.
- Nous vous y aiderons, dit solennellement Cortanna. Coûte que coûte. Nous aussi devons sortir.
- Venez, dit Rypher de sa voix douce et féminine. Je vais vous faire visiter. Elle se dirigea vers la porte derrière la table, suivie du Spartan et son IA.
La porte s'ouvrit, laissant apparaître un décor incroyable...


Chapitre 5: Révélations

Une fois la porte franchie, le Spartan et son IA admirèrent la beauté de ce qui se trouvait autour d'eux. Ils se tenaient sur une gigantesque passerelle, toujours construite dans le même style architectural que la salle de réunion. Des parois transparentes, formant un tunnel cylindrique, laissaient deviner de la roche et par endroits de la terre. Ils étaient donc en profondeur. Mais ils firent à peine attention à cela, car au milieu de la passerelle s'élevait un dôme de cristal violet scintillant, montant jusqu'au plafond, puis se divisant en majestueuses tentacules enroulées et dispersées partout sur les murs. Une atmosphère violacée régnait en maître dans cette salle, éclairant les armures du Forerunner et du Major, qui paraissaient minuscules dans cette immensité. Le sol de la passerelle étant lui aussi transparent, on pouvait apercevoir ces cristaux s’étaler sur le sol, telle une plante grimpante trop grande.
- Ceci est notre plus grand et précieux trésor, annonça Rypher. Chaque cristal contient les derniers souvenirs d'un Forerunner décédé, et cela depuis l'aube des temps, bien avant ma naissance. Certains cristaux, ceux qui semblent vibrer, renferment plus que des souvenirs, ils renferment des savoirs importants acquis par les plus éminents Bâtisseurs qui aient jamais existé. Jamais nous n'abandonnerons ce savoir.
À la base, l'Arboïclàn, comme nous nommons cet ensemble de cristaux, était situé sur notre planète-capitale, dont le nom est intraduisible dans votre langue, mais qu'un peuple proche de votre espèce nommait Qyxa. Ce fut Cylirion qui transporta l'Arboïclàn sur Graphite I, dans le plus grand secret. Nous avons eu de la chance, si je peux dire comme ça, que seul Graphite II fut détruit... Encore que j'ai appris qu'Onyx a subi le même sort mais dans d'autres circonstances
, dit-elle avec un ton légèrement accusateur.
Cortana et son Spartan ne répondirent rien, écoutant respectueusement le récit de Rypher Mais elle se tut, se plongeant dans la contemplation de la merveille qui les entourait. Ils arrivèrent au bout de la passerelle, bien trop tôt au goût de l'IA.
Ils suivirent la Forerunner dans un dédale de couloir et de hangars où s'entassaient toutes sortes de minerais et tas de ferrailles, entourés d'instruments au profil étrange. Ils apprirent que s'était ici que l'on fabriquait les alliages destinés aux machines ou constructions des Forerunners. Puis au bout d'un certain temps, ils arrivèrent à un ascenseur gravitationnel qui les mena à la surface, d'après Ank'n Rypher, puis aux “quartiers résidentiels” selon les termes humains.
- Je vous offre cette salle comme vôtre, vous pouvez vous y reposer et entreposer ce que vous voulez. Je vais retourner auprès de Maleoïd et Or'x Cylirion, il nous faut discuter de la suite des opérations. Embers viendra vous chercher une fois les discussions terminées. Puis elle partit d'un pas vif, la porte se refermant sur ses pas. Le Major s'assit sur une espèce de siège volant et observa la pièce. Elle n'avait rien d'exceptionnel, à part l’architecture et les meubles curieux, c'était une spacieuse pièce à vivre.
- Curieux événements, dit simplement John, blasé comme d'habitude.
- On peut dire ça oui, soupira Cortana. J'ai appris énormément de choses dans le Partage que j'ai fait avec 686 Faulty Embers.
-
Ainsi, il n'a pas fait que prendre ?
- Non, dans ce genre d'échange, plus on donne d'informations, plus on en reçoit inconsciemment de l'autre IA. On peut choisir de cacher certaines choses, mais alors le destinataire s'en aperçoit, et peut choisir lui aussi de cacher des informations. Nous l'avons joué à la loyale : J'ai tout simplement tout partagé, et j'ai tout appris de Embers. Notamment sur sa nature. Ce n'est pas vraiment un monitor, mais plutôt un essai. Ce fut le prototype des monitors, et il avait de nombreux défauts. Il fut désactivé et "mis à la cave" après la construction de son jumeau plus parfait, notre cher 343 Guilty Spark. Il fut réactivé par Cylirion, mais les circonstances restent floues. Il a toujours un peu honte de sa condition. Il existe même un autre monitor ayant son matricule numérique. Mais au fil de la détention des Forerunner survivants, il fut amélioré, et est maintenant plus compétent qu'un monitor classique. Grâce à toutes les connaissances qu'il m'a offertes, ma capacité à stocker les informations a presque atteint son maximum. En un sens, cela me fait peur, car je ne pensais pas atteindre cette limite un jour...
- Puisque tu en es aux explications, peux-tu m'expliquer ce que signifie les mots devant les noms de nos hôtes ? Car certaines fois ils sont utilisés, mais pas tout le temps. Cela m'intrigue.
- Ce sont des titres, qui désignent leur place dans la société. Cylirion appartient à ce que l'on pourrait appeler la noblesse, alors que Rypher appartient à une classe moins prestigieuse. Seuls les proches se désignent sans leur titres, et on peut dire que quelques millénaires ont suffi à les rapprocher, répondit l'IA, avec une pointe d'humour.
- Et Maleoïd ?
- C'est un sujet un peu sensible. Normalement, on devrait l'appeler Rhar'x Maleoïd. Le titre des proscrits. Il fut une sorte de pirate dans sa "jeunesse", et un pillard très recherché. C'était une sorte de révolutionnaire qui voulait abolir les titres. Mais le hasard a voulu que son chemin croise la route de Rypher, et il tomba amoureux d'elle. Il abandonna la piraterie un an avant la construction des Mondes-Boucliers. Aujourd'hui, ses camarades ne l'appellent plus que par son nom. Ce système de titre fut d'ailleurs...
- Stop ! Je te connais, tu ne peux pas t'empêcher d'en raconter plus que ce qu'on te demande. Et je ne suis pas du genre à écouter tes cours pendant des heures. C'est déjà un miracle que je t'ai écouté jusqu'ici !
- Vous êtes incorrigible, John. Rien ne vous étonne. C'est peut être ça que je trouve attachant chez vous...
À cet instant, la porte s'ouvrit, laissant apparaître Embers.
- Mes maîtres ont fini de délibérer. Nous vous attendrons dans la salle de réunion, pour vous faire part de nos projets. Je vais vous guider.
- Allons y ! fit Cortana.

Les Forerunners les attendaient dans la salle, autour de la table. Dès que le Spartan fut installé, Cylirion prit la parole.
- Je vais aller droit au but. Nous espérons atteindre l'épave de votre frégate pour en prélever les éléments qui pourraient nous servir dans la construction d'un vaisseau qui nous sortirais de là. Car Graphite I étant une planète artificielle, elle ne contient pas de ressources naturelles, et nous n'avons pas les pièces pour fabriquer un vaisseau. Tous les entrepôts contenant des matériaux susceptibles de nous aider se trouvent sous contrôle du GrandNécro.
- Voici un plan de la face de la planète sur laquelle nous nous trouvons, reprit Maleoïd en affichant un hologramme sur la table. Nous ne contrôlons que deux structures, celle où nous nous sommes, fit-il en montrant un point situé au nord de la chaîne de montagne principale, et une usine d'assemblage, située à environ six kilomètres d'ici. Le lieux de votre crash se trouve à peu près... ici, montra-t-il, à une trentaine de kilomètres du quartier général.
- Hum, fit le Major.
- Et une fois là bas, comment comptez-vous retirer la matière qui vous convient ? demanda Cortana. Nous pouvons aussi essayer de lancer un appel de détresse à une de nos colonies.
- Pour l'appel de détresse, nous y avons pensé, mais nous doutions que l'appel porte assez loin pour être transmis. Quand à la manière dont nous allons nous y prendre, elle est très simple : nous allons arracher l'épave des mains du Parasite, fortifier la position, et la tenir le temps que nous ayons pris ce que nous voulions.
- Et comment nous y rendrons-nous ? demanda John.
- Grâce à nos véhicules de combat. Nous ne sommes pas totalement dénués de ressources, dit doucement Rypher, visiblement amusée.
- Tout cela me paraît bien. Quand partons-nous ? demanda Cortana.
- Tout de suite, répondit Cylirion.
- Menez-nous donc aux véhicules. J'aimerais bien y jeter un coup d'œil.
- Suivez moi, annonça Maleoïd. Nous prendrons ce téléporteur qui nous transportera au hangar.
Le Major suivit le Soldat, qui alla se placer sur un glyphe étrange incrusté au sol. Une fois que tout le monde fut dessus, Rypher tapota quelque chose sur sa sorte de bracelet. Il y eut une légère vibration, un sentiment bizarre traversa le Spartan, et il se retrouva devant un énorme hangar où reposaient des machines impressionnantes. Cylirion s'approcha de l’une d’entre elles en disant :
- Ah, voici mon véhicule préféré !
Puis il le décrivit à l’humain...


Chapitre 6 : Le chemin du péril

Quelque part, près d'une épave de vaisseau...
« Venez... Venez... Je vous attends... Vous ne pourrez plus vous échapper... LEVEZ VOUS, PARASITES ! L'HEURE A SONNÉ ! LIBÉRONS CETTE IMMONDE PLANÈTE DE SA DERNIÈRE TRACE DE VIE ! »

Le Major s'installa à la tourelle du Firehawk. Ce véhicule noir, au profil gracieux et allongé, comportait quatre places : un conducteur devant; deux artilleurs sur les côtés, chargé de laminer à courte portée tout ennemi s'approchant de trop près, protégé par un globe de matière transparente extrêmement résistant; et un artilleur lourd à l'arrière, qui se sert de sa tourelle composée de quatre canons à munitions thermiques à haute portée. Il se déplace grâce à l’antigravité évidemment.
Jolie bête. Cylirion lui avait expliqué que c'était le plus commun à l'époque de leur Grande Guerre. Il lui avait aussi dit que la tourelle se maniait comme celle d'un Warthog, sauf que l'on pouvait s'aider des écrans situés sous les commandes pour alterner le mode rafale/obus, ainsi que la désignation de cible, et tout un tas d'inventions meurtrières. C'est Cylirion qui conduisit le Firehawk, Maleoïd et Rypher préférant prendre deux motojets au nom imprononçable, qui pouvaient atteindre une vitesse ahurissante et découper n'importe quoi avec leurs lames à haute énergie dépliables.
Quand à Embers, il prit un véhicule ressemblant fortement à celui qui avait "capturé" John. Apparemment, le monitor s'installait dedans comme une armure bionique, ce qui lui donnait une sorte de corps contrôlable. Le monitor avait incrusté un dispositif de communication sécurisé dans le casque du Spartan pour qu'ils puissent communiquer même à une très grande distance. Puis Maleoïd annonça le plan.
- Tenez vous prêts ! On sort en trombe du bâtiment, les armes de protections nous déblaieront le passage de la nuée de Parasite qui fait le siège. Ça ne durera pas longtemps, alors faites vite. Évitez le contact, mais ne vous désengagez pas : il faut arriver le plus vite possible vers la frégate crashée pour prendre les Parasites par surprise. Le temps que le GrandNécro donne l'alarme, nous serons passés. Compris ?
- Affirmatif ! Répondirent-ils en cœur.
- Bien. Embers, quand tu veux.
La porte du hangar s'ouvrit, le bruit de l'ouverture couvert par ceux des tirs de barrages devant l'entrée. Maleoïd donna le signal, et tous partirent plein gaz vers la sortie. Il y avait des milliers de Parasites grouillant devant les portes, se faisant littéralement déchiqueter par les tirs de protection du bâtiment. Une grosse brèche s'était créée, laissant le passage aux Forerunners, Humain et IA. La plupart des Parasites étaient visiblement des Oclonites, les mêmes qui avaient attaqués le Major dans l'armurerie. Mais il remarqua aussi certains Parasites différents, sans aucune partie robotique, plutôt chétifs mais dotés de vilains dards dégoûtant de venin. Ils avaient passé la première vague d'ennemis, mais d'autres affluaient pour ce jeter sur les véhicules pourtant à pleine vitesse. Les deux motojets arrivèrent à une vitesse époustouflante et taillèrent les Parasites en tournant autour du Firehawk et du corps bionique du Monitor, qui courait à grandes enjambées, aidé par un propulseur dans son dos. Les motojets taillant en pièce leurs ennemis, bien peu parvenaient à portée de tir du Major. Mais certains réussissaient à passer cette ronde meurtrière. Le Spartan pilonna alors les Parasites. Il fut étonné de voir la puissance de sa tourelle : elle transperçait comme du beurre les ennemis, puis l'endroit de l'impact les brûlaient manifestement de l'intérieur.
Mais tout à coup, des Parasites au profil étrange sortirent de terre en faisant d'énormes bonds, espérant ainsi transpercer les véhicules. Mais Faulty Embers semblait savoir exactement d'où ils allaient sortir, et les accueillait avec un énorme marteau de guerre dont les bords étaient pourvus de concasseurs aux dents lugubres qui tournaient furieusement. Les adversaires se faisaient broyer sous la puissance dévastatrice de l'arme. Cylirion semblait lui aussi savoir où les Parasites de galeries sortaient, car aucun n'atteignait sa cible. Certains Occlonites faisaient rencontre avec le pare choc du Firehawk, qui semblait être aussi très efficace.
Il en arrivait sans interruption, de tous les côtés. Le Major mitraillait en continu partout à la fois, lâchant un ou deux obus s’il le pouvait pour enrayer l'attaque.
- Ils sont beaucoup trop ! cria Cortanna. Et la moitié n’est pas des Oclonites ! Comment est-ce possible ?
John ne répondit pas, bien trop concentré à ne pas laisser un espace aux monstres pour l'attaquer. Ils reculaient, il allait réussir...
Un terrible rugissement retentit, et une énorme bête chargea le véhicule de Cylirion et du Spartan. Celui-ci tourna directement la tourelle sur sa tête et lui fit don d'une rafale meurtrière de munitions thermiques. Mais à sa grande horreur, la sorte de carapace qui le recouvrait semblait le protéger des tirs ! La bête fit un bond gigantesque, masquant les soleils qui éclairaient le Spartan. Le temps semblait suspendu. Le monstre n'était pas affecté par les tirs de John, qui étaient maintenant à bout portant. Puis il s'écrasa sur le Major, l'éjectant hors du véhicule. John fit une roulade en touchant le sol, se relevant immédiatement en dégainant son fusil à pompe qu'il avait gardé depuis l'armurerie. La bête chargea une nouvelle foi, et sauta sur le Spartan. Celui-ci eut peur pour la première fois de sa vie. Il sentait son IA horrifiée, incapable de parler. Mais au dernier moment, Embers fit un impressionnant plaquage au monstre. Il lui retomba sur le ventre et lui asséna un violent coup de marteau, faisant voler en éclat la même armure qui avait résisté aux tirs thermiques, et tuant le monstre sur le coup. Le Major tua trois Oclonites qui voulaient l’attaquer, lorsqu'il vit une motojets foncer vers lui. Dans son casque, il entendit Maleoïd ordonner :
- Votre main !
Le Spartan leva la main, et le Forerunner fit une impressionnante vrille, découpant les Parasites et prenant John au passage, qui dut supporter le choc. Puis Maleoïd projeta le Major sur le Firehawk qui fit un dérapage fauchant ainsi trois créatures. Le Spartan s'agrippa au rebord du véhicule et remonta à la tourelle. Il attendit que son armure finisse de remettre son rythme cardiaque à la normale, puis il reprit son travail de mort.
- Nous sommes à cinq kilomètres de l'objectif ! On va sortir de cette plaine infestée dans quelques minutes ! Tenez bon ! cria Cylirion à travers le canal de communication.
- Cylirion, le Ravin au Lipras ! l’interpella Rypher.
- Parfait ! On va les semer ici ! Spartan 117, arrêtez de faire feu à mon signal et tirez un obus sur la coordonnée 422-747 !
- Reçu !
Ils s'engagèrent alors dans un profond canyon effrité, une horde de Parasites à leur trousse.
- MAINTENANT ! hurla le chef Forerunner.
Le Spartan fit feu à l'endroit indiqué. À peine l'obus explosa-t-il qu'une énorme déflagration retentit, faisant s'écrouler une partie de la paroi du canyon, bouchant l'entrée derrière eux et bloquant le passage temporairement à leurs ennemis.
- Ça fait parti des sabotages que l'on a fait dans le dos de l'ennemi ! dit Rypher en répondant à la question muette de Cortanna.
- Parfait ! Il reste maintenant une dernière étape : prendre par surprise les quelques Parasites qui gardent le vaisseau, on les massacre et on fortifie la position, annonça férocement Maleoïd.
Cinq minutes plus tard, il aperçurent de la fumée qui se dégageait des hauteurs : la carcasse de l'Aube de l'Espérance.
- On va la contourner et les attaquer depuis le haut, dit Maleoïd avant de bifurquer sur la gauche.
Le paysage était passé de plat à montagnard. Ils arrivèrent enfin sur un affleurement rocheux surélevé par rapport à l'épave et l'observèrent de haut.
- Les "quelques Parasites" tu disais ? souffla John en souriant sous son casque. En dessous d'eux, une véritable armée de Parasites se tenait prête au branle-bas de combat, telle une marée vivante, macabre et frissonnante...


Terminal 1

Monitors:

Chaque monitor a un nombre devant son nom souvent un 7 exposant quelque chose ou le double de cet exposant.
Son nom est composé de 2 mots :
=> Un mot tel que Spark(Etincelle), Testament(Testament), ...
=> Un adjectif comme Guilty(Coupable) ou encore Offensive, .... Bien souvent un mauvais sentiment.
Noms de monitors connus:
- 049 Abject Testament (Installation 03)
- 343 Guilty Spark (Installation 04)
- 2401 Penitent Tangent (Installation 05)
- Cold Storage Monitor (Installation 05)
- Adjudant Reflex
- 032 Mendicant Bias
- Offensive Bias
- 686 Ebulient Prism
- 686 Faulty Embers (Instalation Graphite I)*


Terminal 2*


Les Forerunners:

Chaque Forerunners à une sorte de position, de titre, qui détermine son pouvoir et sa renommée dans la société.
Ūr'. : Haute Personnalité
Or'. : Noble
Ank'. : Bourgeois
Kal'. : Majorité
Lįp'. : Jeune.
Rhar'. : Proscrit

On reconnait le sexe d'un Forerunner grâce à la lettre qu'il porte devant son titre.

...'x pour un homme,
...'n pour une femme.

=> On ne peut déterminer le sexe d'un Forerunner qu'une fois l'adolescence passée.


Terminal 3

La société Forerunner est organisée en rangs.


  • Manipulateur - Forerunner adolescent
  • Ingénieur - Rang le plus bas, entretiennent et réparent les bâtiments
  • Soldat - Combattants, chargés de maintenir l'ordre
  • Biothéoricien - Experts en Biologie et Médecine
  • Mineur - Rang le plus commun, récupèrent les trésors à l’intérieur des mondes colonisés
  • Bâtisseur - Le rang le plus élevé, construisent les bâtiments
Cérémonies :
Les Forerunners sont quasi-immortels : ils ne peuvent mourir que par accident ou lors des rares guerres, leurs combinaison les immunisant aux maladies.

Lorsqu'un Forerunner meurt, des cérémonies complexes sont ordonnées en fonction de son rang. L'armure préservant durant quelques heures les schémas mentaux les plus récents de son occupant, les derniers fragments de souvenirs d’un Forerunner sont extraits. Cette essence réduite (un fragment spectral de personnalité et non un être entier) est placée dans un Durance (sorte d'urne funéraire pouvant durer plus d'un demi-milion d'années.). Le corps est ensuite immolé par le feu dans une cérémonie solennelle à laquelle seuls les proches peuvent assister. Un fragment de plasma de l’immolation est préservé par le Maître de la Bure qui le mettait en sécurité avec l’essence dans le Durance. Le Durance était ensuite remis aux membres proches de la famille du Forerunner décédé, qui devaient alors s’assurer qu’il ne serait jamais profané.




(source : WikiHalo)



Terminal 4


Les robots et véhicules Forerunners.

Executeur :

. But : La lutte contre les grandes invasions de Parasites.
. Armement Primaire : Needler Lourd.
. Armement Secondaire : Mortier Anti-véhicule.
. Armement Tertiaire : Laser invisible (seulement après avoir ses lance-missiles et les deux canons Needler détruits).
. Défense : Boucliers Frontaux d'énergie.
. Taille : Massif.
. Apparence : Gros drone volant, corps plat horizontal, pinces situées à l’arrière, armement articulé à l’avant.

Sentinelle :

. But : conçue spécialement pour tuer ou contenir les Parasites.
. Armement : Laser.
. Défense : Boucliers d'énergie.
. Taille : Petit.
. Apparence : intelligence artificielle limitée, drones aérien, volant de façon semi-stationnaire, corps plat vertical, petites ailes sur le côté, laser situé en dessous de son œil.

Constructeur :

. But : réparer et construire les bâtiments.
. Armement : Aucun.
. Défense : Faible bouclier à énergie.
. Taille : Petit.
. Apparence : intelligence artificielle limitée, drones aérien, volant de façon semi-stationnaire, corps plat vertical, minuscules ailes sur le côté, corps séparé en deux relié par une fine lame.

(source : WikiHalo)

Firehawk* :

. But : Véhicule de combat
. Armement primaire : Tourelle lourde à munitions Thermiques PR6 et Obus Thermiques.
. Armement secondaire : Deux tourelles laser frontales.
. Défense : Bouclier à énergie, châssis renforcé.
. Taille : Normal.
. Apparence : Ovale allongé, mi-toit aérodynamique, quatre places, plateforme 360° à l’arrière pour la tourelle lourde. Antigrav.

Motojet Krshyqulk*:

. But : Véhicule de combat
. Armement primaire : Lames énergétique frontales dépliables, deux mètres d’envergure.
. Armement secondaire : Petites mitrailleuse à plasma.
. Défense : Boucliers à énergie, châssis renforcé.
. Taille : Fin.
. Apparence : Longue et fine, position allongée, toit nacré renforcé aérodynamique qui recouvre la tête et le dos du conducteur, propulseur à l’arrière, lames sous le conducteur eu niveau des coudes, mitrailleuses au nez de l’appareil.

Exo-Armure CC Monitor* :

. But : fournir un corps mobile aux monitors, véhicule marcheur axé corps à corps, renforce la puissance de destruction des monitors
. Armement primaire : Marteau Concasseur énergétique.
. Armement secondaire : double canon IEM/Inferno.
. Défense : Puissant bouclier à énergie, corps renforcé.
. Taille : Grand.
. Apparence : Forme vaguement humanoïde, sans tête, le monitor se place dans le torse, les bras sont au niveau du monitor, longues jambes bioniques, poitrine qui peut se tourner à 360°, propulseur au dos.

(=> Les véhicules et robots manquants seront rajoutés au fur et à mesure de la Fanfic'.



* Tout élément ou terminal marqué d'une étoile rouge est une invention de ma part.


Cette fic se divise actuellement en 3 parties, toutes réparties sur la première page ;)


Dernière édition par Erydrim le Sam 11 Fév - 22:31, édité 5 fois

_________________
avatar
Erydrim

Messages : 117
Date d'inscription : 29/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Erydrim le Ven 30 Déc - 10:33

Histoire : Partie 2 :




Spoiler:

Chapitre 7 : La bataille de l'Aube

« Il connaissait notre plan. Il va falloir appliquer le plan B.»annonça Maleoïd .
- Le plan B ? Et comment le Fossoyeur a-t-il pu prévoir notre destination au bon moment ? demanda le Major.
- Le plan A consistant à foncer dans le tas, le plan B est l'opposé : ruse, infiltration, tromperie... dit Rypher.
- Et la raison pour laquelle le GrandNecro a pu prévoir notre attaque est simple : il nous connaît trop bien, dit Cylirion. En effet, pendant des milliers d'années, on apprend à se connaître. Notre guerre peut se résumer à une course à l'innovation. Car le Parasite s'adapte à nos armes et stratégies, en modifiant sur plusieurs années petit à petit son organisme. On change donc régulièrement de munitions, thermiques, plasmiques, perforantes...
- J'ai comme l'impression que vous ne nous avez pas tout dit sur ces Parasites ! s'exclama Cortana. Comment est-ce possible que certains monstres ne soient pas des Oclonites ?
- Nous allons vous éclaircir sur le sujet plus tard. Il faut d'abord monter le camp, ordonna le Soldat Forerunner. Nous attaquerons demain. Suivez moi, je connais une grotte aménagée et inconnue du GrandNécro pas loin d'ici.
Puis il descendit de l'affleurement rocheux avec sa motojet, suivi des autres véhicules.
- Un partage intégral hein ? fit le Major, sarcastique.
- Dans ce genre de partage, seules les informations jugées sans importance, comme la couleur de cheveux de Johnson par exemple, ne sont pas échangées. Ce monitor a un sérieux problème sur ses priorités, se vexa Cortana.
Ils arrivèrent contre une paroi à cinq cents mètres de l'affleurement, et Cylirion descendit de son véhicule. Il alla se planter devant le mur, et fit un geste avec sa main dans l'air. Aussitôt, un hologramme sorti de nulle part apparut, en forme de tablette. Le Forerunner tapota dessus, et l'hologramme disparut aussi vite qu'il était venu. Puis il posa sa main sur la roche. Une fissure émettant une lumière bleue aveuglante se dessina alors, faisant un parfait demi-cercle dans la roche de trois mètres de diamètre. Puis la pierre que contenait l'arc de cercle s'enfonça dans le sol, laissant la voie à un petit hangar, où l'on pouvait apercevoir une porte dans le fond.
- Pratique, siffla le Major. Les Forerunners garèrent leurs véhicules, et 686 Faulty Embers abandonna son corps de métal, puis s'affaira à refermer la grotte. Une fois tout en ordre, ils se dirigèrent sans un mot vers la porte qui s'ouvrit sur leur passage. Ils pénétrèrent dans une petite pièce meublée simplement d'une table ainsi que d'endroits où s'allonger. Un râtelier à moitié rempli était fixé à un mur. Tous s'assirent autour de la table, et Cylirion prit la parole.

- Manifestement, vous n'avez pas reçu d'informations concernant le GrandNécro sur Graphite I. C'est à peu près normal. Mais ne nous attardons pas sur le sujet. Il vous faut savoir deux choses très importantes : La première, c'est que les Oclonites infectés constituant l'infanterie lourde du Parasite, il avait besoin d'autres types de soldats. Environ sept cents ans après avoir tué tous nos frères, des Parasite apparurent, sans aucune structure organique infectée. Après des enquêtes poussées, il s'avéra que le GrandNécro avait découvert la source d'énergie des soleils artificiels. Et il avait réussi à l'exploiter: il avait fait venir des centaines d'Oclonites, et les avait "fusionné", pour donner un énorme parasite au ventre difforme. Mais ce parasite ne servait pas à combattre, non, c'était un Pondeur. Cette forme d'Infection est très rare, car elle ne peut se faire que sur un animal gigantesque, et avoir une source d'énergie proche. Ce Parasite pond des centaines d'œufs gluants, qui donnent des formes d'infections, adaptées aux besoins du GrandNécro. Celui-ci fonctionne comme un commanditaire, il dicte les mutations à apporter aux parasites, ou en invente des nouveaux. Le Pondeur fait alors les mutations dans son ventre et donne sa progéniture. Un nouveau parasite prend du temps pour se former. Les premières formes sont imparfaites. Le Pondeur le dévore alors et en refait d'autres, jusqu'à atteindre la forme voulue.
- Alors pourquoi dans notre guerre contre le Fossoyeur, nous n'avons pas rencontré ce problème ? demanda Cortana.
- Tout simplement parce qu'un Pondeur ne pouvait pas se former sur une créature assez grosse, le moyen de fusionner les Parasites étant inconnu. Et même si le Pondeur avait trouvé une source d'énergie assez puissante pour fabriquer ses rejetons, il ne peut pas se défendre, et il n'aurait pas résisté à une attaque massive. Quand au Pondeur de Graphite I, il nous est inaccessible. Nous devons donc nous adapter, tout comme le Pondeur adapte sa ponte à notre technologie pour les immuniser contre nos armes. Nous ne pouvons pas bloquer la source d'énergie, sous peine de voir toutes nos défenses s'éteindre. Nous sommes de toute façon les seuls à en avoir la capacité, même si le GrandNécro fait garder la source.
- Et quelles formes d'infection rencontrerons-nous ? questionna le Major.
- Il y a trois catégories en dehors des Oclonites qui sont les plus fréquentes : Les Tireurs, les Mastodontes et les Fouisseurs. Les Tireurs sont des Parasites au corps fin doté d'un abdomen qu'ils redressent sous leur corps et visent l'ennemi. Les aiguilles lancées ont une portée précise de cinq cents mètres, et sont enduites d'acide corrosif, un acide commun à tous les Parasites du Monde-Bouclier. Si elles se plantent dans votre armure, il faut les retirer tout de suite. Nous Forerunners sont protégés contre cet acide, notre armure "traitée" pour cela. Les Tireurs ont une excellente vue, nocturne comme diurne. Vous avez fait la connaissance avec un Mastodonte : massif, doté d'une carapace traitée contre toutes nos armes possibles, il utilise la force brute. Il est capable de renverser un Firehawk d'une charge. Son point faible, c'est l'arrière de son dos: la carapace est plus molle pour permettre au Mastodonte de se déplacer, donc plus vulnérable. Enfin, les fouisseurs sont les Parasites qui creusent des tunnels et sortent en vrille pour déchiqueter leur proie. Ils sont dotés d'un énorme éperon osseux qui est extrêmement résistant. Nos HUD peuvent nous indiquer la présence de Fouisseurs grâce à Embers qui a accès à toutes les données géographiques de la planète. La deuxième chose, c'est que le GrandNécro a développé un "réseau" entre ses créatures. Il a fabriqué des Parasites Alpha, ou des Synapses comme nous les appelons. Le principe est le suivant : les Parasites Alphas sont en connexion directe avec le GrandNécro, et leur esprit est mêlé. Chaque Synapse, où qu'il se trouve, est comme une seule créature dont les membres sont disséminés partout. Mais ce qui rend ces monstres redoutables, c'est qu'ils émettent une aura d'environ une centaine de mètres, où tous les Parasites confondus se trouvant dans la zone d'influence synaptique sont eux aussi connectés entre eux. Si vous en tue un, dix autres se dirigent immédiatement vers vous. La parade : éliminer le Synapse. Les Parasites ne se rendent pas compte lorsqu'ils ne sont plus sous l'influence de l'aura... Vous savez tout.
- C'est plus clair, dit simplement le Spartan. Mes armes commencent a être à court, celles sur le râtelier sont-elles efficaces ?
- Malheureusement non, répondit Maleoïd. Ces armes marchent au plasma, et les actuels Parasites y sont totalement immunisés.
John ne prit même pas la peine de prononcer les jurons qui lui vinrent à l'esprit. «Tant pis, se dit-il. Je me suis déjà débrouillé avec moins que ça». Il ne lui restait plus que son BR 73, qu'il n'avait pas eu l'occasion de tester, et son magnum remplis. Le fusil à pompe était à court de munitions.

Un vent fort soufflait sur le plateau. Le Major, Cylirion, Maleoïd et Embers avançaient furtivement à la faveur de la nuit.
- Le vent provoqué par 686 gène les Tireurs pour voir autour d'eux, fit Maleoïd dans le canal de communication. Laissez moi devant. J'éliminerais les Synapses, et Cylirion tuera les tireurs. On aura de la chance si on réussit à atteindre la moitié de la distance qui nous sépare de l'épave sans se faire repérer...
- On improvisera. J'ai l'habitude, murmura John.
Maleoïd dégaina sa mystérieuse arme et tira en arrière une sorte de barre bleue. Il y eu un léger déclic, mais rien ne se produisit dans l'immédiat. Cylirion sortit deux espèces de magnums allongés ressemblant légèrement aux pistolets à plasma élites. Un fin canon dont les bords étaient fortement noircis dépassait du nez de l'arme. Le Major dégaina son magnum qui semblait un peu ridicule face à leurs armes. Il fut convenu que le monitor resterait avec le Spartan. Puis ils s’avancèrent furtivement vers l'épave. À peine quelques secondes après avoir bougé, Maleoïd les stoppa de la main et montra une vague forme de rocher devant. Puis visa avec son arme, et tira. Un tir bleu très sombre et concentré. Le rocher tomba comme une masse sans aucun bruit. Puis Cylirion s'avança à son tour et tira dans la nuit. Il fut récompensé de trois petits glapissements. Puis ils repartirent. En passant devant le rocher, le Major constata que ce n'en était pas un mais bien un énorme parasite, qui devait appartenir à la forme d'infection de combat, mais en encore plus massif.
- Je ne vois rien, constata John.
Il alluma donc ses torches. Erreur mortelle. Un long cri retentit dans la nuit.
- À terre ! hurla Cylirion.
Tous se jetèrent sur le sol, et des tirs pilonnèrent l'endroit où ils se trouvaient il y a quelques instants. Ils rampèrent derrière un rocher pour se protéger des rafales que tirs ennemis qui semblaient tirer un peu au hasard.
- La lumière attire les tireurs comme des mouches, dit le guerrier. On est repéré plus tôt que je ne le pensais. Tant pis. On fait comme d'habitude : on fonce dans le tas, et on se sépare au cas où les ennemis deviennent trop nombreux. Rendez-vous à l'épave.
Puis il se jeta hors du rocher avec une souplesse incroyable et aligna une dizaine de tirs en une fraction de seconde.
- Les douze tireurs sont neutralisés ! On fonce !
Et ils chargèrent, sous l'aube naissante, devant une horde de Parasite qui attaquaient. Les tirs sifflaient, mais n'atteignaient presque jamais leurs cibles, sans doute à cause du vent d'Embers. Les ennemis étaient à dix mètres. Deux mètres. Un Oclonite se jeta sur le Spartan, qui l'évita habilement, et se retourna pour lui briser l'échine. Il n'était pas mort mais ne le dérangerait plus. Mais d'autres attaquaient, et même s’ils restaient moins nombreux que pendant le trajet, ils étaient à vingt contre un. Les munitions de magnum baissaient dangereusement, mais John usait autant de ses poings que de son arme. Il réservait le BR en dernier recours. Il jeta un léger coup d'œil à Maleoïd qui combattait non loin de lui, et le peu qu'il vit suffit à le convaincre que jamais il ne faudrait s'en faire un ennemi. Il les éliminait littéralement par tranche de dix, se mouvant avec une telle aisance et une telle rapidité que cela en devenait quasiment surnaturel. Son arme faisait des ravages. Où qu'ils touchent, ses tirs faisaient tomber les Parasites comme des mouches.
Mais un rugissement désagréablement familier suffit amplement au Major pour se concentrer sur son combat. Un Mastodonte. À peine l'eut-t-il repéré que le monitor se rua devant le Spartan et émit une onde de choc sur le sol, faisant sortir des Fouisseurs de partout. Ils étaient visiblement désorientés car ils tuaient leurs alliés dans leurs impressionnant bonds. Le Mastodonte était sur John. Bien. Si la force brute ne l'emportait pas, la ruse conviendrait très bien. Il évita d'un bond le Mastodonte qui tua deux Parasites d'infection combat avant de contrôler son élan. Tout à coup, Cortana poussa un cri de joie et ordonna à son Spartan de suivre ses instructions.
- Attendez que le monstre charge, puis décalez-vous de deux mètres !
Pas le temps de poser des questions, le Major obtempéra. Le Mastodonte dévia sa course et fonça droit sur lui.
- Maintenant sautez avec votre propulseur ! hurla Cortana. Le Spartan fit alors un bond de cinq mètres, passant au dessus du Mastodonte. Celui-ci freina brusquement, et fut tout à coup transpercé par un Fouisseur fou. Il s'effondra comme une masse. Le Spartan et les Forerunners avaient nettoyé la zone. Ils se tenaient devant un mur déchiqueté de la carcasse. Le jour était levé.
- Il y en avait beaucoup plus hier, remarqua l'IA.
- Le GrandNecro croit que nous sommes partis avec Rypher et que se ne sont que de simples droïdes qui attaquent l'épave, annonça Cylirion. Et à en juger par petit nombre de Parasite qu'il restait, Rypher a dû faire mal avec son arme expérimentale. Elle devrait s'être réfugiée dans l'Usine, et doit soutenir un énième siège.
- C'est maintenant vous le chef d'expédition John 117.
Celui-ci ne répondit rien et entra dans l'épave, suivi des autres. Il jeta son magnum et prit son BR. Il avait l'air beaucoup plus maniable que son prédécesseur.
- Cortana a un semblant de plan de l'épave. Elle vous l'envoie sur vos HUD, et nous essayerons de nous diriger vers l'armurerie. Il doit dans doute rester un ou deux Parasites... Suivez moi.
Et le trio partit, suivit du Monitor, qui était bien silencieux par rapport à son jumeau, remarqua le Major. Le voyage se fit sans encombre, sauf à un moment où ils durent traverser une salle remplie de générateurs très instables. Ils rencontrèrent un seul Parasite. Celui-ci était coincé entre deux portes et gigotait dans tous les sens. 686 lui détruisit la tête grâce à son puissant laser. Ils arrivèrent au couloir où le Major avait rencontré pour la première fois ses nouveaux ennemis en face. Le sol était encore jonché de cadavres. Ils passèrent par le trou de la porte complètement défoncée, et pénétrèrent dans l'armurerie. Aussitôt, le monitor voleta un peu partout dans la salle, dénichant tous les matériaux susceptibles de renforcer efficacement la salle. John et les Forerunners se réunirent au centre de la pièce et tinrent conseil. Il fut décidé de renforcer correctement la salle avec l'aide du Monitor, puis de tenter de contacter Rypher. Ils se mirent au travail, le Spartan écoutant les Forerunners, Cortana s'émerveillant devant le savoir de ceux-ci...


Chapitre 8 : Le Synapse

La transformation était bluffante. En un jour seulement, l'armurerie était remise à neuf et considérablement renforcée. Ce n'est pas de sitôt qu'un parasite pourrait les déloger d'ici. Les occupants de la pièce se réunirent et discutèrent des opérations à suivre.
- En attendant Rypher, notre objectif premier est de faire venir des nuées de Constructeurs et Sentinelles pour faire de cette épave une forteresse.
Cylirion parlait au Major ainsi qu'à Maleoïd et Faulty Embers.
Le problème : des légions de parasites volants scrutent le ciel pour tenter d'empêcher les constructeurs d'opérer. Il faudra donc leur ouvrir la voie, par chaque moyen possible. Ensuite, nous devrons vérifier qu'il n'y ait plus de parasites dans le coin. Maleoïd et John 117 iront nettoyer le vaisseau pendant que Embers et moi vérifieront les abords de l’épave.
- Effectivement, je n'ai pas vu votre fameux Synapse, lâcha Cortana.
- Moi non plus, repris Maleoïd de sa voix grinçante. Et je n'aime pas ça...
Il tripotait machinalement son arme qu'il avait posée nonchalamment sur son épaule.
Il faudra l'interroger sur cette arme un de ces jours, se dit le Spartan. Tiens, à propos...
- Il me faudrait des armes. Je n'ai quasiment plus de munitions, et les balles n'ont pas l'air de beaucoup déranger les parasites...
Tout en disant cela, le Major de dirigeait vers les lance-missiles expérimentaux découverts par hasard en fortifiant l'armurerie.
Des armes, il y en avait à foison, mais elles étaient beaucoup moins efficaces que celles de Forerunners. Il prit dans ses mains un lance- missiles aux quatre canons rotatifs et au viseur à l'air high-tech.
- À votre place je n'utiliserais pas cette arme, fit remarquer le Monitor qui voletait maintenant aux côtés de John. Les brèves analyses effectuées montrent des dysfonctionnements au niveau du canon droit. Risque d'explosion de l'arme, mortel au moment du tir.
Soufflé, le Spartan reposa délicatement son arme où il l'avait trouvée. Expérimentale hein ? S’il sortait vivant de cette incroyable affaire, il aurait deux mots à dire aux ingénieurs de l'UNSC...
- Je peux vous bricoler un chargeur à munitions thermiques ainsi que les balles adéquates sur le modèle de fusil mitrailleur que vous portez, dit Maleoïd. Mais des armes comme celles de Cylirion, on a ni le temps, ni les matériaux. Quant au mien, même si nous avions tout ça réuni, ce serait impossible, dit-il dans un petit rire. Cylirion vous éclaircira sur le sujet si vous voulez.
Puis il prit un BR accroché au mur en face de lui et commença à le démonter. Le Major s'assit par terre, adossé à un mur. Cylirion l'imita et se plaça en face de lui.

- L'arme de Maleoïd est pour ainsi dire unique. Ce modèle a été conçu par un éminent Bâtisseur spécialisé dans les armes, le plus fort d'entre nous en la matière. À la base, ce modèle était destiné au Commandeur Suprême de l'Armée Spatiale. Elle alliait une incroyable maniabilité à une précision et une puissance de tir redoutables. Comment l'arme en question est-elle arrivée entre les mains de Maleoïd ? Et bien, notre cher guerrier était un Pirate, proscrit pour avoir volé ou enlevé un monitor du nom d'Adjudant Reflex. Personne ne sait pourquoi il a fait ça au second monitor à avoir été créé, et même les harcèlements de Rypher n'ont pas pu lui faire cracher le morceaux.
Cylirion interrompit son récit en se tourna vers le concerné qui avait fini de traficoter le chargeur.
- Pas encore, ricana gentiment Maleoïd.
- Cent mille années qu'il nous rabâche la même chose, grommela Cylirion plus pour lui qu'au Major.
Bref. En résumé, Maleoïd c'est retrouvé dans une zone de turbulence novatique lorsqu'il tentait un saut slipspace avec son vaisseau délabré. Et les turbulences ont dévié la trajectoire du vaisseau, et celui-ci a atterri au beau milieu d'une des plus importantes batailles spatiales de la Grande Guerre.
Pirate ou pas, Maleoïd ont combattu aux côtés de la flotte Forerunner pour repousser l'assaut parasitaire. Il aborda le vaisseau du Commandeur pris dans une terrible bataille interne, les parasites ayant réussi à s'introduire dans les entrailles de la superfrégate. Mais Maleoïd arriva trop tard. Il sauva le vaisseau et le Commandeur agonisant de l'infection, mais le mal était fait. Un grand guerrier était tombé. Maleoïd repartit avec son équipage une fois la bataille finie sans opposition de la part de ses compatriotes. On crut ensuite que l'arme avait disparu à jamais dans l'espace infini. Mais c'était bien le Guerrier Forerunner proscrit qui l'avait subtilisée. Et, non content d'avoir une arme quasi légendaire entre ses mains, il la trafiqua à l'aide du cristal de puissance recueilli sur une étoile filante morte. Ce genre d'échantillon est extrêmement rare et retient une puissance qui pourrait fait marcher à elle seule votre frégate. Et tant que le fragment n'est pas brisé, la puissance ne peut se tarir. Allié à un acide conçu par Rypher, cette arme est capable de faire fondre n'importe quoi.

Et comme pour confirmer les dires de Cylirion, le Guerrier pointa son arme vers une partie proche du canon, et tira dessus. Cela fit fondre une pièce en un clin d’œil. Ceci fait, il remplit trois chargeurs de munitions thermiques de son invention. Et sans un mot, il s'avança vers le Spartan et lui tendit l'arme.
- Merci, fit celui-ci en souriant sous son casque. Je propose de tester tout de suite en commençant la traque...

Une porte vola, dévoilant deux imposantes silhouettes. Le Major et Maleoïd avaient parcouru la moitié de l'épave sans trouver de résistance. En revanche, certains matériaux seraient très utiles lors de la fortification de l'Aube, d'après le Forerunner. Ils s'apprêtaient à entrer dans l'aile Est, qui contenait les hangars désaffectés ainsi que les salles d'évacuations orbitales. Ils passèrent à travers la large fissure d'une énorme porte coulissante qui délimitait la zone Est. Les parois ont méchamment subies, remarqua le Spartan. Maculées de suie, rarement intactes, ajouté au désordre total qui régnait dans le couloir principal, cet endroit respirait le guet-apens. Chaque ombre, chaque bruit étaient suspects. C'est d'un seul geste que les deux guerriers dégainèrent leur arme. Passé le premier couloir, il régnait une profonde obscurité. John alluma ses lampes frontales.
- C'est là que ça devient intéressant, lâcha Maleoïd. Je pars devant...
Pendant que le guerrier Forerunner s'éloignait, le Major marcha sur une étrange substance visqueuse, qui lâcha un gaz verdâtre nauséabond. John se pencha pour voir ce qu'était que cette étrange matière.
- Un bubon parasitaire, dit Cortana la voix tremblante. Ce qui signifie que...
- Le Fossoyeur tente de s'approprier l'endroit. On va donc rencontrer de la compagnie.
Il y eut un léger ploc. Une substance gluante était tombée sur l'épaule du Spartan. Le plafond fuyait. Ou alors... Ce fut sans aucun doute le cri de guerre du Forerunner au loin qui sauva la vie au Major. Brusquement ramené à la réalité, il se jeta sur le côté, échappant à un coup sifflant de justesse, se réceptionnant durement sur un débris métallique. Un sifflement aigu et frustré retentit derrière lui, et John vit la forme de l'agresseur se ramasser sur elle même pour lui bondir dessus. Mais la bête évita un tir bleu de justesse en se contorsionnant avec une agilité époustouflante. Le Spartan se releva et tira. Le monstre esquiva encore, mais la lueur des décharges du BR permit à l'Humain de mieux voir à qui il avait à faire.
C'était une hideuse créature au corps allongé et squelettique, pourvu de quatre bras munis de sinistres griffes. Il avait l'aspect général d'une forme d'infection classique, mais était beaucoup plus grand et fin. Le Parasite disparut brusquement dans un coin sombre.
- Attention, c'est le Synapse ! Et il a l'air particulièrement belliqueux.
- Il y aura d'autres parasites, c'est certain, grogna le Major.
À ce moment, cinq Parasites Colosses sortirent et foncèrent droit sur les guerriers. Maleoïd se porta à leur rencontre, les affrontant à cinq contre un. Puis une forme se déplia derrière le dos du Forerunner.
- J'aurais préféré me tromper...
- Le Synapse ! John, faite quelque chose ! le pressa Cortana.
Pas le temps de tirer, le Spartan se jeta sur le monstre en le plaquant deux mètres plus loin, puis roula sur le bord pour échapper au débattement furieux de la bête qui agitait ses griffes dans tous les sens. Elle se releva et regarda son adversaire droit dans les yeux. Le temps sembla de figer quelques instants, les deux adversaires se jaugeant du regard, une lueur maligne brillant dans les yeux du Parasite. Plus rien n'existait à part ce combat désormais. La survie serait le prix du combat. « Ce Parasite ne sera que le premier d'une longue liste... »
Les deux ennemis se lancèrent à l'assaut. Tout en courant, le Major lâcha une rafale de balles thermiques dirigées sur le torse de la bête, mais celle-ci se jeta littéralement sur le Spartan, faisant fi des balles qui transpercèrent son abdomen. Surpris, John reçut de plein fouet le Parasite. Il s'écrasa contre un mur, et s'accroupit vivement pour éviter le coup de griffe dévastateur dirigé contre lui. Presque assez rapide. Le monstre, défonça l'épaulière gauche du Spartan et sa griffe continua sur sa trajectoire, creusant un énorme sillon dans le mur de métal renforcé. La griffe avait touché l'épaule gauche du Major, et dans un grognement de douleur, celui-ci décocha un coup de genoux dans le ventre déjà touché du Synapse. La bête s'arqua, et se retira prestement en arrière, tentant de contourner le Spartan. John se jeta sur le côté pour forcer la créature à se lancer sur lui, et tira des rafales. Celles-ci firent mouche, et arrachèrent le bras droit le plus haut de la créature, et infligèrent une vilaine blessure sur son flanc droit. Le Parasite sauta dans un hurlement sur un bord métallique et arracha une bouteille de propane usagée de son emplacement, puis la jeta sur son adversaire. La bouteille se mit à voler dans tous les sens avant de toucher le Major. Celui-ci fut cloué à terre. La créature poussa un rugissement victorieux et planta ses griffes dans le Spartan. Heureusement, il avait encore assez de réflexes pour se rouler et éviter les griffes meurtrières. Le Parasite mordit John au torse, enfonçant profondément ses crocs dans l'armure, son venin corrosif facilitant la tâche. Le Major hurla. La douleur était insupportable. Mais la Mort attendrait encore avant de le prendre ! Dans un cri de rage, le Spartan abattit ses poings de toute sa force sur la tête du Synapse. Un craquement sinistre retentit, et la pression se relâcha immédiatement. La bête sifflait et se tortillait dans tous les sens, le crâne broyé. John mit un genou à terre, puis sa main se posa sur le sol. Il se releva péniblement. Son bras gauche était en charpie, et inutilisable. Un impact sur sa visière le gênait. Il pointa son BR d’une main tremblante sur le Parasite fou et vida son chargeur dans la tête de la bête. Aussi incroyable que cela puisse paraître, elle vivait toujours et s'efforçait de se diriger vers le Spartan. Celui-ci sortit une grenade prise de l'armurerie et la fourra dans l'énorme trou du corps torturé du Parasite et mit un coup de pied dans cette masse infectée pour l'éloigner.
- MEURT !!! beugla le Major.
Une déflagration lui répondit. La bête était morte, le corps déchiqueté et séparé en deux au niveau des bras. John s'adossa au mur, et s'effondra de douleur. Il put juste attraper la main que Maleoïd lui tendit, apparemment tout juste sorti de son combat, avant de sombrer une fois de plus dans l'inconscience...

Chapitre 9 : Les Constructeurs


Je me tenais sur un plateau rocheux. Sa couleur se modifiait étrangement. Des paysages sans cesse changeants défilaient à une vitesse ahurissante devant mes yeux. Les couleurs clignotaient, évanescentes. Une sorte de sifflement résonnait, insupportable. Je marchais. Mais qui est-ce ? Ou qui suis-je ? Mes pensées m'entraînèrent dans un tourbillon de souffrance. La douleur m'assaillait de tous les côtés. Puis une voix malfaisante retentit, vibrant dans tout mon être...
«La liberté est proche... Le Portail sera bientôt ouvert... Et notre vengeance déchirera les cieux !»
La voix se fit de plus en plus délirante, empreinte de puissance. Mon corps se confondait maintenant avec la pierre, puis avec l'air, et avec d'autres multiples choses indescriptibles... Mais qu'étais-je ?
«Nos créations provoqueront bientôt votre annihilation ! La marée de sang sera le rideau de la réalité ! La destruction sera votre rédemption... Le prisonnier meurt pour vivre, et la libération est inéluctable...»
Un rire de pure folie se répandît en moi, devenant de plus en plus fort et insupportable. Puis la douleur revint, indescriptible... Ce fut mon tour d'hurler... Mais le pouvais-je ? Que suis-je ?... Un vent souffle. Une tornade. Il tombe des choses dont le nom ne me revient pas. Plus. Je sens maintenant un engourdissement... Une bénédiction... La douleur bat en retraite, vaincue... Je commence à m'affirmer, redevenir ce que j'étais... Une douce chaleur s'empare de moi, et je m'assoupis. La dernière chose que je vis fut un sinistre trou béant au milieu du vide, violet extrêmement sombre et agité de multiples éclairs...

Choc.

Le Major se redressa d'un bond, l'esprit parfaitement lucide. Il se sentait incroyablement bien.
- Vous revenez enfin à vous, fit Rypher, qui se tenait en face de John. Vous déliriez. Le poison qui vous habitait était extrêmement étrange. Puissant et hallucinogène. C'est très troublant car nous étions persuadés que le GrandNecro était totalement incapable de produire un poison aussi virulent et complexe. J'ai réussi à en prélever un peu de votre organisme pour l'étudier. Le reste, je l'ai détruit, et j'en ai profité pour vous réparer en général.
- Tenez, dit Cylirion en lui tendant Cortana. Nous avons dû la retirer, car elle était terrassée par l'inquiétude d'avoir perdu le contact et gênait Rypher.
Aussitôt l'IA insérée, celle ci parla au Spartan, en se faisant entendre uniquement de lui.
- Vous m'avez fichu une sacrée frayeur John. Mais j'aurais dû vous faire plus confiance, vous avez le chic d'attirer les ennuis et d'en sortir vivant...
Le Major écoutait distraitement Cortana. Il se rappelait parfaitement de son «rêve». La voix... Elle ne ressemblait pas au Fossoyeur. Mais peut être que celle-ci varie en fonction de chaque Fossoyeur.
- Bien, maintenant que tout le monde est ici, nous écoutons ton rapport Rypher, annonça Maleoïd.
- Et bien pendant que vous essayiez de prendre la frégate, j'ai attiré la majeure partie de l'armée de parasites dans un piège. Je voulais tester une arme expérimentale que j'ai créée. J'ai attiré les parasites dans une crevasse, et déchaîné un puissant gaz concentré dans le tas. Et je suis heureuse de vous annoncer qu'ils sont tous tombés raides. Mais ce gaz est assez compliqué à fabriquer, et il fallait que je puisse le renfermer dans une arme. Le GrandNecro, voyant ses troupes détruites, dépêcha une énorme quantité de son engeance à mes trousses pour détruire cette arme avant qu'elle ne devienne trop puissante. J'ai tout de même réussi à le réfugier à l'Usine, où j'ai tenu le siège. J'ai même réussi à confectionner une arme portable capable de libérer ce gaz sous forme de boules d'énergies concentrées. Puis je me suis échappée discrètement de l'Usine, et vous ai rejoint furtivement. À l'heure qu'il est, le GrandNecro a seulement dû s'apercevoir qu'il ne combattait que les défenses de l'Usine, et doit maintenant tourner son attention ici.
Son récit fini, la Forerunner nous exposa son arme. Elle était pourvue de multiples réservoirs verts, et avait deux sortes de barres ciselées qui pointaient vers l'avant. Elle avait grossièrement la forme d'un fusil à concussion Covenant, fit remarquer Cortana. Les caractéristiques rainures Forerunners parcouraient l'arme, de la même couleur verte que le contenu des réservoirs. Une espèce de tuyau noir à moitié incrusté dans l'arme couronnait le tout.
- Mais en quoi cette arme est différente de toutes celles que vous avez inventées ? demanda John.
- Et bien, normalement, le Parasite ne devrait pas pouvoir s'adapter pour résister à cette arme. Car ces gaz sont conçus pour s'attaquer au système immunitaire même de la créature, pour que celui-ci tente de le contrer. Et un deuxième composant du gaz entre en jeu, et, pour faire simple, il se fait passer comme faisant parti du parasite pour éviter ses défenses, puis le tue en l'asphyxiant.
Visiblement, la Forerunner rayonnait.
- Nous avons donc enfin trouvé une arme efficace, dit Cylirion, songeur. Tout le secteur autour de la frégate est sécurisé. Il nous faut donc impérativement faire venir une nuée de Constructeurs pour la renforcer avant que le GrandNecro ne lance une autre attaque d'envergure. Mais il nous faut aussi des munitions, ainsi que certains outils pour pouvoir extraire les pièces de la frégate qui nous intéressent pour notre vaisseau. Je propose donc de faire trois groupes. J'irai prendre les outils qui sont dans un entrepôt secret à l'Ouest de notre position, tandis que Maleoïd ira récupérer les munitions à l'Usine. Rypher et John 117 iront au QG pour faire venir et escorter les Constructeurs à l'aide de Embers. Des suggestions ?
Après quelques secondes de silence, les trois groupes sortirent de l'armurerie et se dirigèrent vers la sortie. Le Spartan suivit Rypher jusqu'aux Motojets.
- Je ne sais pas conduire ce véhicule, annonça le Major.
- Votre IA doit connaître le fonctionnement, je suis sûre qu'elle pourra vous guider. Votre seule consigne est de ne pas me lâcher d'une semelle. Nous tenterons de passer inaperçus, à l'aller tout du moins.
Puis la Forerunner monta dans son engin. Le Major l'imita, mal à l'aise. Le cockpit était extrêmement étrange, mais cadrait parfaitement dans le style Forerunner, c'est à dire à grands renforts de rainures et de sigles étranges, le tout baigné dans une douce et faible lueur. Cortana lui expliqua brièvement le fonctionnement au décollage, qui s'avéra être un jeu d'enfant. En quelques minutes de vol seulement, le Spartan connaissait toutes les principales commandes de la Motojet. Puis il suivit Rypher en direction du Nord.

*Suivez moi et cachez vous derrière ce rocher !* transmis la Forerunner à l'humain.
*Reçu.*
Les deux conducteurs firent stationner leur véhicule sous un énorme rocher qui pointait au dessus de la plaine aride qu'ils traversaient.
*Regardez dans le ciel maintenant.*
Un vol d'oiseaux. Les premiers êtres vivants que le Major rencontrait, outre le Parasite. Mais peut être que... Le Spartan utilisa le zoom inclus dans sa visière pour observer de plus près le phénomène. Et à sa plus grande horreur, ce ne furent pas des oiseaux qu'il vit mais bien des Parasites volants, ayant l'air de chercher quelque chose au sol. Rypher prit la parole :
*Ces créatures peuvent nous repérer très facilement. Une fois ceci fait, leur vol les dirige vers le Synapse le plus proche, indiquant ainsi notre position. Puis l'attaque est inévitable.*
John ne répondit rien, scrutant le vol qui se perdait à l'horizon. Ils ne les avaient pas vus. Tant mieux. Puis sa compagne lui expliqua le déroulement de l'opération :
*Nous allons passer à l'intérieur du canyon par lequel nous étions arrivés à l'épave, pour minimiser les chances de se faire repérer. Puis il nous restera une dernière ligne droite à travers les plaines verdoyantes, pour arriver au QG.*
Ceci dit, elle repartit en trombe avec sa Motojet. Le Spartan la suivit, désormais familiarisé avec son engin. Le reste du parcours se déroula sans accroc, et ils atteignirent bientôt la porte principale du QG, qui s'ouvrit juste pour les laisser passer et se referma instantanément pour garder l'imperméabilité de la forteresse.
Une fois les Motojets posées dans le hangar, le Major suivit la Forerunner dans un dédale de couloir pour arriver dans une immense salle sphérique vide. Rypher alla se placer au centre de la salle, au beau milieu d'un motif complexe. Puis elle sortit de son avant bras une sorte de boule verte légèrement molle et fit une série de gestes et de pulsions extrêmement vives. L'air se mit alors à vibrer de plus en plus intensément, puis des rainures bleues apparurent soudainement sur un mur et, en un battement de cil, tous les murs furent recouverts de milliers de motifs semblables. C'est alors qu'un de ces motifs se détacha, libérant un Constructeur, une sorte de drone ressemblant fortement aux Sentinelles sans arme. Puis tout le mur sembla onduler et s'effriter, et des milliers de Constructeurs s'envolèrent au sommet de la salle, formant une masse extrêmement compacte. Une fois tous les drones partis, les vrais murs étaient apparus, droits et hexagonaux. Un gros Constructeur se détacha du lot et vint de poser devant Rypher. Celle-ci incrusta la boule verte dans son corps par un orifice sur le dos du drone. Puis le toit s'ouvrit à l'air libre, et la nuée de Constructeur prit son envol.
- Retournons au hangar prendre un Irisaon de Sécurité pour escorter nos drones jusqu'à l'objectif, dit la Forerunner en sortant de la salle.
Tout prenant le chemin du hangar, Cortana expliqua à John ce qu'était ce qu'un Irisaon.
- C'est à peu près l’équivalent d'un pélican, sauf qu'il est beaucoup plus furtif, mieux armé et rapide. Son cockpit peut contenir trois personnes, ses soutes l'équivalent de deux Warthogs et ses SAS environ huit personnes.
Une fois devant l'Irisaon, John ne put qu'admirer la chose. Long d'environ neuf mètres pour quatre de large, l'Irisaon avait, comme tous les véhicules Forerunner, un profil gracieux. Les quatre ailes étaient courbées vers l'avant à la manière des Motojets, et encadraient un impressionnant réacteur triangulaire. Le cockpit pointait vers l'avant, rattaché au vaisseau par une sorte de petit "cou”. Le style Forerunner était tout aussi présent que sur les bâtiments. Mais le Spartan n'eut plus le loisir de contempler l'engin et dû embarquer.
- Il faut nous dépêcher ! Montez à l'arrière du véhicule, et prenez la tourelle à fission. Cortana vous expliquera.
Le Major monta à bord de l'Irisaon grâce à des rampes qui s'étaient dépliées sur les flancs. Il traversa le SAS, et s'installa à une tourelle fixée à l'arrière.

Le véhicule décolla et s'envola dans le ciel. Il traversa la masse compacte que formaient les drones et partit en direction du sud. Les Constructeurs suivirent l'Irisaon, transformant son sillage en une majestueuse nuée robotique ondulante. Le Major avait une magnifique vue sur les Constructeurs.
- Cette tourelle relâche de puissants éclairs à fission qui déchirent à peu près n'importe quoi. Vous êtes tombé sur de l'artillerie lourde, John.
Cortana continua sur sa lancée en expliquant le fonctionnement de l'arme à son Spartan. Ils n'avaient pas fait cent mètres qu'une violente décharge secoua le vaisseau. Puis une nuée de Parasites volants fondit tout à coup sur les Constructeurs.
- Je m'occupe de ceux qui attaquent l'Irisaon ! cria Rypher. Empêchez à tout prix les Parasites d'exterminer nos drones !
- On va voir ce que ce truc a dans le ventre, marmonna le Major.
Il dirigea son canon vers le premier parasite qui tentait de happer un drone. Puis tira. Un violent éclair orange surgit de son arme, se précipitant sur le monstre. En quelques secondes d'éclair appliqué en continu, il ne restait même plus de cendres de la créature. Mais pendant cette infime laps de temps, une nuée de Parasites était déjà en train de massacrer des drones qui ne pouvaient même pas se défendre. Le Major préféra tirer par petites rafales sur les parasites pour les blesser mortellement, économisant ainsi du temps. Le tir était malaisé, et ce dû aux embardées incessantes de Rypher, qui évitait sans cesse des parasites. Elle utilisait des mitrailleuses à fusions situées au nez de l'appareil pour éliminer sa part de monstres. La tension montait. Il y avait beaucoup de Parasites, et ceux-ci éliminaient chacun trois ou quatre Constructeurs avant de mourir. Une créature eut la mauvaise idée de se jeter sur le Spartan. Celui ci reçut son adversaire d'un coup de pied qui l'envoya valser à quelques centimètres du canon. Une décharge la recueillie de plein fouet. Le nombre de Parasites volants diminuait. Ils allaient réussir... Une étrange vibration emplit soudain l'air. Tous les parasites semblèrent désorientés pendant quelques instants. Mais ils se reprirent vite et se divisèrent en groupes, s'organisant soudainement. Une dizaine d'entre eux se jeta sur John, l'empêchant de défendre les Constructeurs. Il tourna brusquement sa tourelle pour faucher les parasites et les foudroyer, mais seuls deux d'entre eux furent assez rapides. Le Major abandonna sa tourelle pour se livrer à un furieux corps à corps, à un mètre du vide. L'Irisaon accéléra subitement. Le Major fut projeté dans le vide, et se rattrapa de justesse à une attache en acier sur le bord du véhicule. Ses bras furent violemment sollicités, mais il tint bon. Puis un freinage encore plus brusque que l'accélération faillit prendre le Spartan au dépourvu, qui réussit tout de même à se hisser dans le SAS. Il continua de se battre contre la demi douzaine de Parasites restant lorsqu'il entr'aperçut le Synapse. C'était un énorme monstre presque aussi gros que l'Irisaon. Deux énormes ailes répugnantes battaient puissamment les airs. Une queue difforme fauchait par dizaine les drones, tandis que la mâchoire du monstre en broyait d'autres. Puis les derniers adversaires du Spartan battirent soudainement en retraite d'un seul mouvement. Et le Synapse se dirigea droit vers sa nouvelle proie. John. Celui-ci se jeta sur sa tourelle et tira une décharge à fission. Mais c'était trop tard. Le monstre réussit à arracher littéralement le coté droit du vaisseau, une partie du réacteur comprise. Celle-ci éructa une grosse bouffée de flamme bleue blessant le Parasite au visage, faisant lâcher prise au monstre. Mais c'était un désastre. Il restait tout juste une trentaine de drones, et ceux-ci se faisaient massacrer.
Non ! Ils ne pouvaient tout de même pas être condamnés à cause de cette seule infortune !
- On va se crasher ! hurla la Forerunner. Je vais tenter de nous faire atterrir en contrebas ! Écoutez moi bien ! Descendez dans la soute et enfourchez la Syzaq, puis descendez dès que vous pouvez ! Poursuivez en direction du...
Elle fut interrompue par une déflagration qui secoua l'Irisaon.
- Dirigez vous vers l'Ouest, reprit-t-elle, et trouvez la structure du nom Ukl'Ath ! Réveillez sa nuée de Constructeurs ! C'est notre dernier espoir ! Tenez. Prenez en soin !
Elle lui lança à travers le couloir sa nouvelle arme. John la rattrapa avant qu'elle ne tombe dans le vide. Ils se rapprochaient dangereusement du sol.
- Et vous comment allez vous...
- Ne vous occupez pas de moi ! Le coupa Rypher. Je me débrouillerais !
Le Major monta sur une étrange moto à deux roues contenue dans la soute. Il démarra à l'aide de Cortana. La porte s'ouvrit, et s'arracha de ses gonds pour aller s'écraser une vingtaine de mètres plus bas. Ils allaient presque atteindre le sol. Arrivé à cinq mètres, le Spartan fonça. Il fit un énorme bond, et se réceptionna sur le sol, puis mit les gaz en direction de l'Ouest. Il entendit au loin un grand fracas suivi d'une explosion. Il ne se retourna pas. Il espérait que Rypher s'en était tirée saine et sauve... En croupe sur sa fine moto Forerunner aux trais épurés, il roula vers Ukl'Ath, la Citée Infectée.

Terminal 5
Le Parasite peut évoluer sur trois stades différents, basés sur le contrôle de son environnement : Au stade Sauvage, le Parasite ne suit que de vagues instincts de meute, communique sur des zones limitées grâce à des phéromones et ne peut prendre que quatre formes : infection, combat, porteuse et proto-fossoyeur. À ce stade, il peut encore être maîtrisé. Le stade suivant est le stade Coordonné, qui est atteint dès la maturité du proto-fossoyeur, devenu un Fossoyeur. Ce dernier pouvant exercer un contrôle sur les autres formes, il peut alors donner lieu à de nouvelles formes, les formes "Pures", et son système de communication, dont on suppose qu'il est basé sur la télépathie, lui permet d'organiser les Parasites sous son contrôle pour œuvrer dans une direction commune et pas en petits groupes. Il devient alors extrêmement difficile de résister au Parasite. Le troisième stade est Interstellaire. Le Parasite est alors en mesure d'utiliser la technologie à sa disposition pour quitter le monde qu'il a infecté et voyager vers d'autres mondes. Ce stade est le plus dangereux de tous, car l'infection peut alors rapidement se répandre à une galaxie entière. Une évolution logique de ce stade est le Transgalactique, où le parasite peut voyager vers une autre galaxie.

Floods (ou Parasites) d'infection

Le flood sous forme d'infection est le premier stade de sa mutation. Il est considéré comme étant un organisme à l'état "naturel", non modifié par une quelconque infection. Sa taille avoisine les 90 cm, sa forme ballonesque et ses nombreuses tentacules en sortant le caractérise. Il a une apparence répulsive, inoffensive à première vue, mais gagne, une fois entré en contact avec un autre corps physique, une connectivité avec celui-ci, une sorte de serveur biologique devenant très dangereux.

Les formes de combat sont des vertébrés, résultant de la mutation et de l'infection d'une créature par un floods d'infection (ou de contamination), s'appropriant un corps né pour tuer. Ces floods combattent uniquement pour le compte de toute l'espèce flood, et non pour lui seul. Après avoir reçu les gènes améliorateurs des floods d'infection, la créature devient plus rapide et plus forte qu'à l'origine (grâce à notamment une croissance musculaire du corps).

La forme Porteur du Parasite est principalement utilisée pour créer et transporter des floods d'infection. Elle permet de perpétuer l'espèce flood en agissant en tant qu'incubateurs pour de nouvelles formes d'infection et en les gardant renfermés jusqu'à se qu'ils soient entièrement développés. Une fois les formes d'infections prêtes, le porteur explosera, les libérant dans les airs spontanément.

La forme traqueuse est une Forme pure de flood alliant la discrétion et l'agilité. Si elle reçoit des dommages lourds, cette forme passera en cracheur ou colosse, en fonction de la situation.

Les Floods Cracheurs sont une Forme pure de flood. Ils prennent cette forme lorsqu'un flood traqueur est endommagé ou a choisi d'attaquer un ennemi à distance. La particularité des cracheurs est cette partie du corps remplie de pointes, au dessus de sa tête, lui permettant ainsi de tirer sur un ennemi dès qu'il est à découvert, et ce, avec une très grande précision.

Les floods Colosse : C'est une Forme pure, originellement dérivée par la mutation d'une floods traqueur. C'est l'un des seuls floods (avec le fossoyeur) qui a la capacité de parler distinctement. Ils sont lents en comparaison aux autres formes floods mais compensent par une attaque au corps à corps dévastatrice. C'est une Forme pure, originellement dérivée par la mutation d'une floods traqueur. C'est l'un des seuls floods (avec le fossoyeur) qui a la capacité de parler distinctement. Ils sont lents en comparaison aux autres formes floods mais compensent par une attaque au corps à corps dévastatrice.

La Nuée de Parasite est une forme de vie parasitaire appartenant à la faction des Floods. C'est, avec le Flood bombardier, une des seules espèces connue de parasite ayant la capacité de pouvoir voler. La Nuée de Parasite est aussi capable d'envoyer des projectiles similaires à ceux des Floods cracheur. Cette unité aérienne Parasite s'avère d'une grande facilité à éliminer lorsqu'elle est seule, tout comme le Drone des Covenants, mais elles peut se révéler être un adversaire redoutable lorsqu'elles sont en groupes. Il est fort probable que cette forme de Parasite soit issue de la contamination d'un oiseau de la faune locale. Ce n'est en aucun cas une mutation de la Forme pure. En effet celle-ci n'est créée que lorsque le stade coordonné du Parasite est atteint, et ce stade n'intervient que lorsqu'un Fossoyeur voit le jour.

Le flood bombardier est une unité aérienne appartenant à la faction des floods. Il ne dispose pas d'ailles comme un oiseau, mais vole de façon stationnaire comme le ferait un Ingénieur des Covenants. En lui même, cet organisme parasite ne s'avère pas dangereux, car il n'attaque pas. En effet, à l'instar de son frère le floods porteur, il ne sert qu'à transporter des floods d'infection. Mais contrairement à lui, le "flood bombardier" n'a pas besoin d'exploser pour libérer ses parasites, il se contente de les larguer au dessus de ses ennemis (d'où le nom de bombardier). Pour éviter que les floods d'infection ne s'éclatent en touchant le sol, ceux-ci se trouvent dans des œufs qui les protègent du choc. C'est uniquement une fois que les œufs ont touché le sol que ceux-ci explosent et libèrent les floods d'infection. Il est difficile de dire de quelle sorte d'animal est issu le flood bombardier. Ce n'est en aucun cas une mutation de la Forme pure du parasite. En effet la forme pure n'est créée que lorsque le stade coordonné est atteint, et ce stade n'intervient que lorsqu'un Fossoyeur voit le jour.

Le Flood dans sa Forme destructrice est un parasite de combat lourd. À ne surtout pas confondre avec le Floods colosse, qui lui est l'une des transformations d'un Floods traqueur. Il se montre relativement très efficace au corps à corps, de par sa taille imposante et sa force impressionnante, il est fait également preuve d'une grande vélocité par rapport à sa corpulence. On ne connait pas avec certitude l'origine de ce spécimen de Parasite, mais ce n'est en aucun cas une mutation de la Forme pure. En effet celle-ci n'est créée que lorsque le stade coordonné du parasite est atteint, et ce stade n'intervient que lorsqu'un Fossoyeur voit le jour.

(source : wikihalo)

Le Pondeur* est une forme très rare du Parasite. Elle ne peut apparaître qu’en infectant un animal colossal, et ayant une grande source d’énergie proche. Un fois le Pondeur achevé, celui-ci se met à fabriquer grâce à sa source d’énergie des Parasites via les instruction d'un Fossoyeur. Si celui-ci dispose d'un Pondeur, il n'est plus obligé d'infecter des corps pour se propager et devient encore plus terriblement dangereux.. Le Pondeur est le seul Parasite qui peut produire des Parasites Alpha, ou Synapses.

Les Parasites Alpha ou Synapses* sont créés par un Pondeur. Ces parasites peuvent appartenir à n'importe quelle forme d'infection (sauf la première forme d'infection). Ils sont plus gros que leur forme d'infection habituelle et sont munis d'un cerveau spécial qui émet des ondes synaptiques d'une portée d'environ cent mètres. Toutes créatures Parasite se trouvant dans le rayon d'ondes sont en connexion directe avec les Synapses, qui eux mêmes sont reliés au Fossoyeur, ce qui augmente leur capacité à se coordonner et les rend beaucoup plus dangereux.

La forme Mastodonte* du Parasite est une forme d’infection issue d’un Pondeur. C’est un vertébré massif pourvu d’une carapace chitineuse extrêmement résistante qui englobe tout son corps, ainsi que ses pattes et ses énormes poings. Même sa tête dépourvue de cou est protégée. Cette carapace est légèrement plus molle au niveau des articulations arrière. Il se déplace à quatre pattes, et sa charge peut être dévastatrice. Sous l’influence Synaptique, le Mastodonte est dangereux car il est coordonné. Sans l’influence, il est aussi dangereux car il attaque à vue avec toute sa puissance.

Les Tireurs* sont des extensions des formes d'infection cracheurs. Ces Parasites ont un corps fin doté d'un abdomen qu'ils redressent sous leur corps et visent l'ennemi. Les aiguilles lancées ont une portée précise de cinq cents mètres, et sont enduites d'acide corrosif. Leurs yeux pédonculés leur permettent de scruter les lieux tout autour d'eux. Ils ont une excellente vue nocturne et diurne. Il est très faiblement protégé. Les fouisseurs sont des Parasites qui creusent des tunnels et sortent en vrille pour déchiqueter leur proie. Ils sont dotés d'un énorme éperon osseux qui est extrêmement résistant. Ils sont très sensibles aux vibrations et repèrent leurs proies ainsi. Un fouisseur ne peut vivre que sous terre. Ces Parasites sont les plus dangereux de tous sous influence synaptique car s’ils ne sont pas très précis normalement, avec cette influence ils savent exactement les déplacements et la position de leur victime et sont meurtriers.

* Tout élément ou terminal marqué d'une étoile rouge est une invention de ma part.


Dernière édition par Erydrim le Sam 11 Fév - 22:29, édité 4 fois

_________________
avatar
Erydrim

Messages : 117
Date d'inscription : 29/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par La Chose le Ven 30 Déc - 12:39

Haha rien à rajouter à pat qu'elle est sublime, tu le sais ;) !

La Chose

Messages : 450
Date d'inscription : 01/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Lultimate le Ven 30 Déc - 16:26

Un grand respect, de plus tu as même envisager la cas où l'on ne pourrait plus trouver les armes covenantes dans halo 4 en disant que c'est inoffensif au parasite.

J'aurai trouver sa cool que quelqu'un invente une suite pour l'Arbiter lorsque qu'il rentre chez lui avec sa troupe (fin de halo 3). Du genre : les brutes ont eu le degout que les élites les humilies alors ils attaque leur planete.
avatar
Lultimate

Messages : 3
Date d'inscription : 26/12/2011
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Erydrim le Ven 30 Déc - 21:00

Merci ! Je vient de remarquer que ça avait décalé certaines phrases avec des immondes retours à la ligne, je modifierait quand... j'aurais pas la flemme !

_________________
avatar
Erydrim

Messages : 117
Date d'inscription : 29/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Erydrim le Sam 11 Fév - 22:26

Histoire Partie 3 :

Spoiler:
Chapitre 10 : Ukl'Ath


Un vent âpre et aride soufflait violemment sur la plaine. Le Major avançait stoïquement face à la tempête avec sa moto. Une grande trainée de poussière s'élevait derrière lui, se confondant instantanément avec la tempête.
«Tous les monitors que je croise ont une dent contre moi», maugréa le Spartan en son for intérieur. Embers avait bien choisi son moment pour déclencher cette calamité poussiéreuse. Cortana disait que la cité serait bientôt en vue. Le seul problème, c'était que John ne voyait pas à plus de trois mètres devant lui. En cours de chemin, des Fouisseurs avaient bien tenté de l'intercepter, mais ils ne réussirent jamais à toucher le Spartan tant il roulait vite.
Une bonne heure s'écoula, quand tout à coup, le Major passa de la tempête au calme surnaturel, sa moto se détraquant brièvement en heurtant un rocher. Ce brusque changement surpris tellement le Major qu'il ne pût reprendre à temps le contrôle de son véhicule et se fit éjecter au sol. Il se releva et s'accroupit pour observer les alentours. Il était arrivé à destination visiblement. Il se trouvait dans les ruines de ce qui devait être une gigantesque ville il y a de cela bien longtemps. Des bâtiments ravagés occupaient tout l'espace, mais gardaient quand même la beauté extraordinaire de l'architecture Forerunner, même dans la plus parfaite des destructions. Au fur et à mesure de sa reconnaissance du terrain, John aperçut quelques vestiges de jardins et d'espaces verts, ainsi que de plusieurs bâtiments ressemblant traits pour traits aux tours qui projetaient un rayon de lumière bleue sur les Halo. Mais ce spectacle était gâché par l'évidente occupation du Parasite sur les lieux. Bubons, matières visqueuses et autres traits caractéristiques d'une invasion parasitaire saccageaient le tableau des vestiges Forerunners. Après un petit kilomètre, le Major vit alors une chose qui le tint coi pendant quelques instants. Une titanesque tour, au moins vingt fois plus grande que tous les bâtiments que le Major avait pu voir, était couchée au sol, tel un animal agonisant. On devinait une effroyable chute d'après le cratère autour de la structure, qui était balayé de toutes ruines, celles-ci sans doute soufflées par l'onde de choc qu'avait dû provoquer l’écroulement de la tour.
Le Spartan monta sur le sommet des ruines pour mieux apercevoir le bâtiment. Visiblement, une structure concentrique soutenait auparavant la tour.
- C'est Ath, le noyau de la ville, annonça Cortana. Cette tour, du temps du règne Forerunner sur ce monde, lévitait au dessus de cette plateforme concentrique. C'était la base même de la ville, fournissant un dôme protecteur contre les attaques, celui qui a temporairement déstabilisé la Syzaq, et distribuant toute l'énergie caractéristique qui parcourt chaque bâtiment Forerunner. Toute ville en a une de ce genre.
Le respect du Major s'accrut encore pour cette espèce, qui pouvait défier à ce point la nature en faisant léviter de telles choses. Mais, ironiquement, tout leur savoir ne les sauva pas, et c'est maintenant sur les épaules d'un humain que reposait l'avenir des Forerunners.
- C'est dans cette tour qu'il vous faudra réveiller les Constructeurs, John. C'est aussi dans cette tour que la plupart des parasites ont élu domicile, ignorant tout du sort des drones qui pourraient peut être signer leur perte.
- Et bien, voyons quelles surprises nous sont encore réservées, dit le Spartan en se dirigeant vers Ath, la tour tombée.

Le Spartan passa par le toit. Une large fissure le parcourait permettant au Major de s'introduire dans l'édifice. Et ce qu'il vit le révulsa. Tout l'intérieur du bâtiment était converti pour accueillir des parasites. Le sol, âcre et gluant, émettait des bruits d'éponge mouillée à chaque fois que John faisait un pas. Des bubons frétillants étaient juchés partout, ne faisant aucune distinction entre le plafond ou le sol. Certaines fois, le sol bougeait de lui même, se repliant et se crispant, comme contracté par une douleur. Ça et là, des cônes spongieux relâchaient une épaisse fumée pourpre ou jaune sale. C'était encore pire que dans Grande Bonté.
Le Spartan avança prudemment, l'arme de Rypher levée. Il avait tenté de l'utiliser, et avait vite compris le fonctionnement.
- Je vous ai tracé l'itinéraire en prenant compte la tour penchée, mais pas les excroissances parasitaires, annonça Cortana au Major. Vous devrez avancer jusqu'au milieu de la structure environ pour dénicher les Constructeurs.
C'était un vrai labyrinthe. Les culs-de-sac et les multiples embranchements se succédaient, et souvent, les murs semblaient se refermer derrière lui ne lui permettant plus de reculer. Mais il n'y avait toujours pas d'ennemis en vue.

Le Spartan arriva à la moitié de son trajet, presque paisible, dans une immense salle, ou du moins ce qu'il en restait après la colonisation du Fossoyeur. La porte vivante se referma brusquement derrière John dans un bruit de succion. Il avança à l’opposé de la salle vers un trou, mais celui-ci se referma brusquement, imité par toutes les entrées possibles et imaginables.
Le Major dégaina immédiatement son arme et se mit sur le qui-vive.
Les bubons commencèrent à s'agiter et frétiller, et certaines parties des façades semblaient se modifier.
Puis tout à coup, un grand silence de fit.
Une voix retentit dans la tête du Major, cruelle et grave.
«Enfin tu vas mourir... Enfin tu vas pourrir... Enfin, tu nous rejoindras... Et le Portail s'ouvrira !»
La vue du Spartan faisait des sauts et tournait sans cesse, se colorant d'un vert variant au fil des paroles du Fossoyeur. Il s’accrocha son arme, et se concentra sur son environnement, malgré le rire tonitruant qui résonnait encore dans son esprit.
Puis tous les bubons éclatèrent en même temps, répandant du liquide poisseux et visiblement corrosif dans tous les sens. Des nuées de parasites en sortirent, et de toutes sortes. Certains bubons étaient si gros que plusieurs parasites de forme Colosse en sortaient. Des façades s'ouvraient dans les coins les plus incongrus pour laisser échapper d'autres parasites affamés. Et le Synapse fit son apparition dans un hurlement rauque, projettent partout des aiguilles empoisonnées.
- C'est le moment de voir si ça marche vraiment, laissa tomber le Spartan avant de lâcher une rafale vers un colosse qui allait lui asséner un coup meurtrier.
Le résultat fut fulgurant. Des petits filaments verts sortirent de l'arme et lardèrent violemment le parasite. Celui-ci s’effondra comme dévoré de l'intérieur, continuant d'avoir des spasmes une fois à terre.
Le Synapse poussa un cri étrange, et se mit à tirer sur le Spartan, imité par tous les tireurs de la salle. Le Major se précipita derrière un mur difforme pour se protéger. Il fallait absolument qu'il s’enfuie s'il voulait survivre.
Des parasites l'attaquèrent mais tombèrent vite sous l'arme du Spartan. Malheureusement, certains tireurs étaient déjà revenus et commençaient à faire feu sur John. Il se défendait tant bien que mal, mai ni lui ni Cortana ne savaient comment sortir. Puis le Major, après avoir mis un violent coup de crosse à un parasite imprudent, tenta de tirer sur les murs. Ils s'effritèrent, mais beaucoup trop lentement. Le Synapse lui riposta, obligeant le Spartan à éliminer cette menace. Il se jeta sur le coté et tira des filaments sur son adversaire, mais celui-ci les évita. Le Major prit une grenade et la lança vers le Synapse. Celui-ci l'esquiva d'un bond, mais reçut en pleine poitrine les tirs du Major qui avait anticipé son mouvement. Le Synapse hurla de douleur, mais ne rendit pas l'âme, bien que grièvement blessé, son organisme semblait résister plus longuement que ses autres sous-fifres au gaz de Rypher. Tout à coup, tous les parasites dans l'entourage du Spartan, se retirèrent. Puis John aperçut un Mastodonte une centaine de mètres plus loin, portant une sorte d'énorme canon de chair sur son dos. Il eu un violent frisson et tira une énorme boule d'acide vers le Spartan. Il sauta sur le côté, évitant le projectile d'un bon mètre. Mais en explosant, l'acide gicla partout autour de la zone d'impact, touchant le Major. Le liquide lui fit perdre ses boucliers et rongea son armure déjà mal en point. Il faillit se faire tuer par un tireur qui tentait de l'achever. Tout en évitant ses rafales, il le détruisit avec son arme. Il remarqua que le Synapse était mort, rendant les parasites beaucoup moins précis.
- John, regardez ! l'interpela Cortana. L'acide a fait fondre le mur !
Effectivement, la chair qui recouvrait le mur avait disparu, laissant un trou béant dans celui-ci. Mais ce n'était pas où le Major voulait aller. Il repéra le mur qu'il lui faudrait traverser et entama un furieux sprint à travers la salle, sous un déluge d'aiguilles et d'acide. Il élimina trois parasites, et fut obligé de se jeter à terre en se réceptionnant grâce à une roulade pour éviter un tir du Mastodonte. Il était presque devant son mur. Il arracha un bras de parasite qui tentait de le couper en deux et lui mit carrément son canon dans sa bouche, lui faisant manger une bonne dose de gaz. Puis se retourna avec une précision accrue par l'urgence de la situation, il tira quelques filaments vers le mastodonte. Ceux-ci glissèrent sur sa carapace sans lui causer le moindre dommage, mais réussirent à le provoquer et à lui faire tirer un de ses projectiles en direction du Major, totalement imprécis. La boule d'acide s'écrasa à cinq mères de John sans le toucher, lui libérant enfin le passage. Tous les parasites se ruaient sur lui. Le Major se précipita dans la brèche en lançant une grenade derrière lui pour stopper ses ennemis et les semer. Il réussit. Car non seulement la grenade les stoppa, mais le Mastodonte, privé de Synapse, tira dans la direction du trou qui avait permis au Spartan de s'échapper, tuant ses propres congénères capables de rattraper le fuyard.
John s'arrêta de courir au bout d'une dizaine de minute. Il les avait semés. Il s'appuya contre un des rares murs qui n'était pas recouvert de la masse parasitaire et consulta le plan de son IA. Il ne lui restait qu'une centaine de mètres et il arriverait à la salle des Constructeurs. En chemin, il tomba contre quelques parasites, qu'il élimina rapidement.
Puis il passa entre deux colonnes visqueuses et s'arrêta devant un mur recouvert de chair gluante.
La salle devait se trouver derrière ce mur. Il tira dessus avec son arme. Celle-ci ne fit pas beaucoup de dégâts, mais réussit à effriter la matière parasitaire. Puis il recula, et lança sa dernière grenade en direction du mur. Elle explosa, achevant d'enlever la substance gluante et fragilisant le mur. Après un ou deux coups d'épaules, le Spartan réussit enfin à créer une brèche. Il s'y engouffra et se retrouva plongé dans l'obscurité.

John alluma les torches situées sur les bords de son casque. L'une grésilla avant de rendre l'âme, mais l'autre tint bon. Il tourna autour de lui même pour observer la salle. Elle ressemblait en tous points à celle qu'il avait déjà visité au QG.
- Et comment est-ce que je les réveille maintenant ? demanda-t-il à son IA.
- Il vous faut prendre le talisman incrusté dans l'arme de Rypher, sous le canon, lui répondit Cortana. Ensuite, sortez en la sphère d'énergie directrice et plongez vos doigts dedans. Puis laissez moi faire.
Le Major s'exécuta. Il sortit le talisman puis pris la sphère. Celle-ci était orange vive, et molle. Le Spartan plongea ses doigts dedans et fut parcouru d'un frisson, suivi d'ondes électriques qui se répandirent dans son armure. Sa visière commença à signaler une intrusion inconnue, mais Cortana prit les choses en main. Le Major était paralysé. Il attendait patiemment que son IA ait fini ses manipulations pour reprendre le contrôle de son corps.
Puis, comme la première fois, l'air se mit à vibrer et les rainures à parcourir les murs. Les Constructeurs se détachèrent, et creusèrent un trou en quelques secondes pour sortir à l'air libre. Le Spartan les suivit par la brèche.
- Je leur ai donné la consigne de se déplacer discrètement et à couvert, dit Cortana. Ils nous attendront à la Syzaq.
- Bien, souffla John. Maintenant, éloignons-nous de cette ville.
Et il partit, se déplaçant aussi discrètement que les Constructeurs.
Il ne rencontra pas de résistance, et n'eut à éliminer qu'un ou deux parasites solitaires.
Arrivé à la Syzaq, il ne vit aucun drone. Il enfourcha quand même sa moto et mit les gaz vers l'épave. En jetant un œil derrière lui, il aperçut des milliers de Constructeurs se répandre dans son sillage.
En haut d'une dune de pierre, il observa un moment la ville derrière lui. C'était vraiment dommage que le Parasite l'air contaminée, il aurait bien aimé la voir dans toute sa splendeur. Mais au moment où il s'apprêtait à repartir, il capta un reflet du coin de l'œil. Il venait du bout de la tour tombée. En zoomant, John s'aperçut qu'une silhouette enveloppée dans un grand tissu noir en loque tenait quelque chose. Cela ressemblait à une arme. Le Major de coucha brusquement contre son siège pour éviter un projectile sifflant qui passa à cinq centimètres de sa tête, et troua un énorme rocher sans pour autant perdre de sa vitesse.
Le Spartan descendis précipitamment à couvert et partit vers son prochain objectif, l’Epave.
John était songeur. Il était à deux bons kilomètres de la tour lorsque la chose lui avait tiré dessus. Viser avec une telle précision... Surtout que l'arme n'était pas incrustée au corps de la chose. Celle-ci avait une forme vaguement humanoïde, mais était voûtée et enveloppée dans ce sinistre linceul. Ce qui était sûr, c'est que ce n'était nullement un Parasite...


Chapitre 11 : Trahison


John fendait le vent, les mains dans cette matière qui réagissait aux instructions de Cortana en plus de son pilotage. Malgré la grande vélocité de sa Sysaq, il n'arriverait que dans cinq heures environ à l'épave. Les Constructeurs continuaient à former un énorme peloton dans le dos du Spartan, les plus proches se noyant dans le nuage de poussière soulevé par la moto.
Soudain, le sol vibra, et le sable se souleva légèrement par endroits, formant de petites bosses. Puis quelques secondes plus tard, tout était calme.
- Il y a du mouvement dans le... Ils ont disparu. Des Fouisseurs sans doute. Mais pourquoi n'ont-ils pas attaqué ? Cortana était perplexe.
- Je crois qu'on a de la visite, mais pas du sol, fit le Major en dégainant son arme. Des parasites volants arrivaient à toute vitesse sur le Spartan. Celui-ci descendit de son véhicule et attendit. Dès que le premier ennemi fut à portée de tir, il reçut de plein fouet les filaments du Major. Seuls trois parasites moururent, les autres fuirent subitement.
- Je n'aime pas ça... Ils n'abandonneraient pas le combat sans raison.
Il alla examiner les cadavres d'un peu plus près. Ils étaient bien tous morts. Il retourna prudemment vers sa moto, l'enfourcha et partit.
- Ils n'ont même pas attaqué les drones ! s'exclama Cortana. À peine eut elle dit ça qu'une déflagration se fit entendre au loin, mais pas dans la direction du lieu de l'étrange rixe du Spartan avec les parasites. Puis une énorme colonne d'énergie vert sombre jaillit de l'Est. John stoppa net son véhicule pour observer le phénomène. La colonne dura quelques instants, puis vacilla, se mit à perdre de sa couleur et finit par s'éteindre. On pouvait voir dans le ciel un léger défaut, comme s’il se disloquait.
- Cette chose a abîmé le ciel artificiel de la structure, murmura Cortana. À ce que j'en sais, il faut une puissance titanesque pour amocher ce genre de chose...
- Les Forerunners nous éclaireront bien là dessus, dit le Major. Il faut vite retourner à l'Aube !

La nuit était complète, et aucune lune n'éclairait le parcours du Spartan. La Sysaq ne pouvait fournir qu'un faible éclairage. C'était la première fois que le Major était dans la nuit sur ce monde. À ce qu'il avait compris, c'était Embers qui faisait la pluie et le beau temps.
- Je te laisse aux commandes, dit John à son IA. Indique-moi le chemin, et espérons que personne ne se dressera sur notre route.

Le trajet se déroula sans anicroche, et le Major tomba sur Embers dans son corps de métal en train de garder les environs. Le monitor se dirigea vers John et lui annonça :
- Il vous faut impérativement aller voir Rypher et Cylirion. Nos plans sont
La Clé devait être cachée
Pour empêcher au chaos de se déchainer
La Clé doit être détruite
Pour empêcher notre mort subite
Cherche dans les entrailles
Pour détruire le Portail

... à revoir. Au fait, bien joué pour les Constructeurs, je les prends en charge, dit-il d'un ton enjoué avec un léger chatoiement irisé.
John se figea. Ce poème... Il était venu à l'insu du monitor visiblement. Sa voix était monocorde lors de cette interruption... Le Portail... Il lui fallait absolument découvrir ce que c'était. Il n'aimait pas la tournure que les événements prenaient...
Il avait au moins appris que Rypher s'en était sortie. Il passa par une fracture dans le mur du vaisseau échoué. L'aurore pointait déjà son nez.
Arrivé à l'Armurerie, il aperçut Cylirion qui étudiait une carte holographique et Rypher, à sa grande surprise, assise dans un coin du mur, la tête entre les mains. Elle se leva à l'arrivée du Spartan, et lui fit signe de la rejoindre, tout en se dirigeant vers Cylirion. Il remarqua que Maleoïd était absent. Arrivé devant le plan, Le Forerunner prit la parole.
- Nous... Nous avons été trahis.
- Trahis ! s'exclama Cortana. Maleoïd ?
- Exact, répondit Rypher, d'une voix incroyablement dure. Après mon crash, j'ai réussi à m'enfuir en faisant exploser les restes de l'Irisaon derrière moi. Arrivée à l'Aube, Maleoïd et Cylirion venaient de trouver les composants nécessaires pour pouvoir partir de Graphite I, dans les entrailles de l‘épave.
Ils réussirent à les concentrer et les transformer en un générateur à énergie subcriocanique, le seul élément qui nous manquait pour sortir enfin d'ici après des millénaires de combats incessants contre ce damné GrandNécro. Puis vint cette décharge d'énergie à l'Est. Lorsque nous sortîmes voir ce que c'était, Maleoïd changea subitement de comportement. Il parut tout à coup plus nerveux, voire pressé. Et environ une demi heure plus tard, il... il...

- Il s'enfuit avec le générateur et ordonne à Embers qui ne savait rien, de faire tomber la nuit pour mieux couvrir sa retraite, avant de le désactiver temporairement, reprit Cylirion. Nous laissant ici, sans rien nous dire, après des milliers d'années de survie, de combats et de douleurs. Notre seule chance de sortir d'ici...
- C'est de le retrouver.
John était stupéfait. Tout avait marché jusqu'ici, et cette invraisemblable trahison venait tout gâcher. Maleoïd. Le plus fort guerrier de l'univers. Partir à sa recherche était la seule et unique solution mais l'issue du face à face ne laissait aucun doute. Il avait vu le Forerunner en action, et il doutait pouvoir en venir à bout, même avec tout le soutien possible.
Ces révélations firent oublier au Spartan de rapporter l'étrange comportement de 686 Faulty Embers aux Forerunners.
Celui-ci fit une bruyante entrée, les interrompant dans leurs pensées.
- Il reste introuvable. C'est curieux. J'ai lancé un scan géographique sur toute la distance qui m'est possible, mais rien ne se trouve à la surface de ce monde à part tous ceux qui sont présents dans cette pièce. Et aucun de nos véhicules disponibles sur Graphite I n'est capable d'aller vite au point d'échapper au scan en si peu de temps.
Cylirion donna un coup de poing sur la carte holographique, qui eut pour résultat la destruction de l'hologramme et de son dispositif. Il laissa échapper un juron qui ne pût être traduit par le traducteur intégré à son casque par les soins de Rypher.
Il reprit la parole :
- Bon, et bien nous avons beaucoup de choses à faire. Retrouver Maleoïd. Identifier la source de la colonne d'énergie. Renforcer la position. Et tout ça en très peu de temps. Or, le temps nous manque. Le GrandNécro ne va pas tarder à lancer une offensive pour nous déloger.
Rypher, j’aimerais que tu partes à la recherche de Maléoïd. John, il faut que vous alliez avec moi chercher la réponse au mystère de la colonne. Embers, tu superviseras la construction des barricades, et du renforcement.
Il ne faut plus faire d'erreur. On part dans une heure.

Le Spartan sortit de l'Armurerie, où la tension était palpable. Encore des complications. Décidément, Cortana avait raison. Il avait le don de s'attirer les ennuis.
Puis il prit conscience d'une chose. Il avait faim et sommeil. La résistance à ces besoins que lui conférait son armure était arrivée à bout. Ses poches nutritives étaient vides. Il fallait faire quelque chose. Il retourna dans l'épave pour trouver Rypher.
Celle-ci était d'une humeur exécrable, mais voulut bien écouter le Major.
- Je vois. Je peux vous arranger ça, et réparer votre armure pendant que j'y suis, car elle ne va pas résister longtemps à ce rythme. Venez.
Elle l'emmena dans une salle de l'Aube reconvertie en laboratoire. Au centre de la pièce se dressait une sorte de couche, similaire à celle où le Spartan s'était retrouvé emprisonné lors de sa première rencontre avec les Forerunners. Tout autour se dressaient des machines étranges, et chaque mur était tapissé de compartiments ronds parcourus de rainures vertes.
- Allongez vous sur la table d'opération. Je vais vous endormir. Ce n'est pas forcément nécessaire pour ce genre d'opération, mais je sais distinguer les besoins des êtres vivants, et il vous faut vous reposer. Toutes nos missions doivent être couronnées de succès, et il faut quand même que vous puissiez tenir sur vos jambes. Tant pis pour Maleoïd, on retardera notre départ.
John s'allongea sur la table. Elle était confortable. Puis Rypher tapota sur son poignet. Aussitôt, le Spartan se sentit cloué à sa couche. La matière de la table le maintenait parfaitement immobile.
- Cortana, si vous voulez bien m'aider...
Celle-ci désactiva les attaches de l'armure et ouvrit les compartiments nécessaires pour transférer de la nourriture. Puis la Forerunner malaxa une de ces étranges boules gluantes, et aussitôt un gaz soporifique très puissant sortit d'un orifice du mur. L'armure Forerunner la protégeait visiblement, mais pas celle du Spartan. John s'endormit.
À son réveil, il se sentait bien. Très bien. Il était détendu, ses poches nutritives étaient remplies, et son armure réparée. Même si ces réparations avaient été faites avec une sorte de résine, elles semblaient assez résistantes.
Après un détour par l'Armurerie pour se ravitailler en munitions, il partit à la recherche de Cylirion. Il le retrouva dehors, en train d'échanger des consignes avec le monitor, un Firehawk à ses cotés. Lorsqu'il aperçut le Spartan, il lui fit signe de monter à la tourelle.
Puis Embers s'éloigna, et le Forerunner grimpa dans le cockpit du véhicule.
- Tenez, fit-il en tendant une étrange mitraillette au Spartan. C'est un fusil mitrailleur à plasma-thermique. Très puissant, mais faites attention à la surchauffe, l'arme peut devenir très instable.
- Merci, dit John en échangeant son BR contre l'arme.
Avec celle de Rypher, il sentait que les parasites auraient une mauvaise surprise...
Il sentit le véhicule se soulever, et Cylirion partit vers l'Est.
- Nous nous dirigeons vers une zone enneigée, fit le Forerunner dans le canal de communication. C'est dans la montagne du Trygg que la colonne d'énergie est sortie.
Le Major, vigilant à sa tourelle, observait les environs. Il remarqua que le plus gros des soleils était très légèrement "abîmé", comme le ciel lors de la décharge d'énergie. Étrange. Il n'avait rien vu qui l'ait touché auparavant.

Bien loin d'ici, dans un désert, le sol bouge. Trois cadavres de monstres volants gisent sur le sol. Puis un être difforme sort du sol, et enveloppe les cadavres avec ses tentacules. Il replonge par le trou par lequel il était sortit. Et se dirige vers l'Est...


Chapitre 12 : Les profondeurs de l'enfer


Une fine couche de givre recouvrait l'armure du Spartan. Les flocons tourbillonnaient et le vent glacé soufflait ardemment sur le Firehawk et ses occupants. Cylirion progressait très vite grâce à sa dextérité et à sa grande connaissance de l'environnement. La zone cible, où avait jaillit cette mystérieuse colonne d'énergie, s'approchait à grands pas des guerriers. Des paysages époustouflants défilaient devant les yeux de John. De titanesques montagnes se dressaient fièrement, recouvertes d'un manteau de neige immaculée. Les arbres majestueux se dressaient sur leur route, autant obstacles que couvertures.
Mais le Major ne faisait pas attention à la beauté artificielle qui régnait autour de lui. Il ressassait dans sa tête les événements passés, essayant d'assembler les innombrables pièces de ce puzzle infernal. Maleoïd. Le poème. Le Portail. La colonne d'énergie. Son sinistre agresseur... Mais qu'avaient-ils à voir entre eux ? Étaient-ils seulement liés d'une quelconque manière ? Ou était-ce juste une série de calamité sans rapport entre elles ? Le Spartan ne croyait pas aux coïncidences.
- Attention, nous passons dans une grotte glacée ! annonça le Forerunner. C'est un peu bas de plafond...
Le flanc d'un glacier, parfaitement lisse un instant auparavant s'ouvrit, laissant apparaître une grotte en son sein. Le Major s'accroupit au niveau de sa tourelle pour ne pas entrer en collision avec le plafond, déjà bas, et orné de quelques stalactites sinistres. Cylirion reprit la parole.
- Le tunnel débouche à l'intérieur d'une chaîne de montagne circulaire qui abritait autrefois une réserve de nourriture. Nous l’avons fait sauter avant de nous enfuir au tout début de l'invasion, car les parasites attaquaient en masse les réserves alimentaires. C'est de cette zone que provient la source d'énergie que nous cherchons. Tenez vous sur vos gardes !
- Toujours.
Le Firehawk se dirigeait sans ralentir vers un mur, qui s'avéra être la sortie après s'être effacé comme l'entrée.
Ils se retrouvèrent dans une épaisse forêt, aussi silencieuse qu'une tombe.
Cylirion s'arrêta à la sortie, et descendit du véhicule. John fit de même. La neige crissa sous ses pieds, et il essuya d'un revers de main le givre sur sa visière.
- Nous continuons à pied, dit le Forerunner. Je ne sais pas si...
Des stridulations suivies de bruits de battement d'ailes l'interrompirent.
- Je sais maintenant qu'il y a des patrouilles, continua-t-il. Ils sont très près. Soyez discrets et suivez moi...
Puis il partit, ses deux armes à la main. Sans hésiter, le Spartan dégaina l'arme de Rypher et suivit discrètement Cylirion. Ils progressaient lentement lorsque le Forerunner stoppa brusquement. Il se retourna lentement et fit signe à l'humain de se cacher derrière un arbre. À la grande surprise de John, Cylirion ne l'imita pas mais se coucha dans la neige, et activa un camouflage qui le fit disparaître instantanément, se fondant dans le sol et la neige. Une patrouille d'Oclonites passait par ici. Le Spartan ne bougeait pas un cil, entendant les grondements et glapissements des monstres s'approcher. Ils passèrent sans repérer les deux guerriers. Le Spartan estima qu'ils étaient bien sept ou huit. Il ne connaissait pas les intentions du Forerunner, s’il voulait passer à l'action ou les laisser passer. Il fut vite fixé. Un Oclonite pourvu d'une sorte d'orifice nasal disproportionné agita sa tête dans tous les sens, et regarda brusquement dans la direction du Major. Il grogna et s'apprêta à découvrir sa proie lorsque Cylirion surgit derrière lui et lui asséna un violent coup de couteau translucide, lui coupant le dos en deux. Le parasite fit un horrible bruit, très vite étouffé par le Forerunner qui lui arracha la tête. Mais le mal était fait, et les parasites avaient repéré les intrus. Ils se ruèrent dessus.
Quatre chacun ! rugit Cylirion avant d'accueillir ses ennemis avec des salves de tir très semblables a ceux des sentinelles.
John tira ses filaments sur son agresseur le plus proche. Mais à sa grande horreur, le monstre difforme ne sembla pas être affecté le moins du monde par son arme et bondit sur le Spartan, d'énormes griffes incurvées pointées sur lui. Pas le temps de prendre sa mitrailleuse, le Major asséna un violent coup latéral à l'Oclonite qui le cueillit sous la tête, et le stoppa net dans son élan, le faisant tomber à terre. Mais l'humain n'eut pas le temps de l'achever car un autre lui arrivait dessus, des tentacules surmontées de dards frétillants parsemés sur son corps.
Il était appuyé par un Oclonite qui semblait être croisé avec un Tireur. Le Spartan se jeta sur le côté pour échapper au coup de fouet de son ennemi, et riposta en lui fauchant les jambes, puis en le projetant devant lui, faisant bouclier entre son armure et le tireur. Des aiguilles corrosives atteignirent de plein fouet le parasite, qui se contorsionna par terre en faisant d'indescriptibles cris. Le Major se mit à couvert derrière un arbre pour éviter les tirs et dégaina sa deuxième arme. Puis il fit volte face tout en se baissant et tira presque à bout portant sur son premier agresseur relevé. Celui-ci fut terrassé définitivement et s'effondra dans la neige souillée. Il régla vite le compte au troisième parasite. Mais où était le quatrième ?
Puis il aperçut Cylirion se jeter sur lui, le faisant tomber et lui évitant de se prendre une décharge violette tirée vers lui.
Puis il y eut un cri et le silence s'installa brusquement. Le Major se releva et observa le dernier agresseur qui avait failli le tuer. Il avait une arme greffée aux mains. Cylirion l'examinait.
- C'est... C'est une arme de très basse qualité, faite avec des matériaux précaires. Mais aucun parasite n'est capable de concevoir d'armes mécaniques...
- Et ils ont résisté au gaz de Rypher, dit Cortana.
- Quoi ! s'exclama le Forerunner. Mais le seul moyen de le contrer est de concocter un antidote que l'organisme, même celui d'un parasite, est incapable de produire.
Il y a quelqu'un d'autre dans la partie. Un ennemi qui est capable de rivaliser avec notre technologie...

Le Spartan repensa à son agresseur lors de sa sortie d'Ukl'Ath.
Il en fit la remarque au Forerunner. Après un instant de silence, il annonça :
- Allons-y, ne trainons pas. Il faut mettre un terme à cette affaire avant que cela ne nous soit fatal...

Ils s'enfoncèrent dans l'épaisse forêt de sapins enneigés, le plus discrètement possible.
Une dizaine de minutes plus tard, les deux guerriers atteignirent la clairière où les ruines de la Réserve se trouvaient. Ou du moins où elles étaient censées se trouver. Un énorme cratère parfaitement rond remplissait toute la trouée. En son centre, des pics de métal étrange pointaient vers le ciel, formant un cercle autour d'un trou béant.
Autours de ces pics étaient gravés d'étranges glyphes qui braisillaient, dégageant une aura maléfique palpable. Plus loin du centre du cratère se situait visiblement l'entrée, constituée d'un vestige de bunker de l'ancien bâtiment, bouchée par une énorme bouche parasitaire gluante. L'entrée s'enfonçait dans le sol, laissant deviner une structure souterraine.
Le Major chercha Cylirion et le trouva accroupi à une dizaine de mètres des glyphes, pétrifié.
- Non... C'est... C'est impossible, murmura-il.
- Qu'est-ce ? demanda le Spartan.
- Un mauvais présage. Très mauvais.
Il n'en dit pas plus et se dirigea vers l'entrée. Il découpa la chair gardienne avec ses armes et entra sans un bruit. John le suivi, l'arme à la main, et s'enfonça dans les ténèbres étouffantes du sous-sol.

Ils marchaient depuis un long moment dans les galeries infestées de parasites, s'enfonçant toujours plus loin dans les profondeurs obscures des galeries. Cylirion était devenu pressé, suivait des doigts les inscriptions de plus en plus nombreuses sur les murs, chuchotant pour lui même à voix basse.
Ils arrivèrent dans une profonde caverne, et durent combattre furieusement des parasites qui pullulaient par ici, s'épuisant de plus en plus.
- C'est impossible, les ruines de la Réserve ont complètement disparu, extérieures comme souterraines ! cria Cylirion entre deux rafales de laser.
Le Major écrasa son poing sur un Parasite, et tua un autre avec sa mitraillette.
- Baissez vous ! lança le Forerunner.
Le Spartan s'agenouilla et fit un tir en balayant la zone pour repousser les assaillants. Cylirion lança une grenade thermique qui explosa et fit s'effondrer une façade de la grotte, provoquant l'effondrement des galeries alentour.
- Replions nous ! cria le Major, tout en se dirigeant vers une sortie.
- Non ! Suivez moi !
Le Forerunner emprunta une autre galerie parcourue de glyphes. Les parasites qui les suivaient s'arrêtèrent subitement à l'entrée de la galerie et hésitèrent, puis restèrent où ils étaient sans rien faire.
Mais... Que font ils ? demanda Cortana, paniquée.
Mais Cylirion lui ne faisait même plus attention aux Parasites. Il observait les parois tapissées de ce métal sombre et froid, cicatrisé de nombreuses runes.
Le Forerunner tira sur le mur. Aussitôt, le métal se tordit, puis s'agita et se reforma comme si de rien était.
- C'est ce que je craignais...
- Mais que craignez vous Cylirion ? demanda le Major.
- Non... Vite ! Il faut se dépêcher avant qu'il ne soit trop tard ! hurla-t-il soudain. Puis il se précipita dans le couloir, le Spartan à ses trousses. La géologie se modifiait. Elle était tantôt rocheuse, tantôt mécanique, parfois les deux. Ils couraient dans un couloir circulaire noir et gris foncé, constitué de ce métal étrange. Cylirion et le Major s’arrêtèrent net devant une énorme porte ornée d'une rune difforme rougeoyante de mille feux. Puis quelque chose se détacha du toit et se laissa tomber au sol, à quelques mètres des combattants. Un être mécanique se déplia très rapidement pour prendre la forme d'une sorte de serpent articulé pourvu de membres ornés de lames tournantes, ainsi que d'une arme à l'extrémité de sa tête. Celle-ci avait vaguement la forme d'une fourmi, des yeux bioniques incrustés partout sur son front, des rainures débordante d'énergie rouge sang se dégageant des yeux et parcourant son corps. Dans un grincement strident, la créature se jeta sur Cylirion.
Celui-ci l'évita et lui lâcha des tirs de ses magnums. Le Spartan vint à la rescousse du Forerunner et tira une rafale vers l'être bionique.
L'ennemi mécanique tourna vivement sa tête vers ses adversaires, n’étant presque pas gêné par les tirs qui venaient de fuser.
- Attention ! cria Cylirion en se jetant sur le Major, le faisant atterrir quelques mètres plus loin. La machine lâcha une terrible décharge d'énergie enflammée à l'endroit ou se trouvaient les guerriers quelques instants plus tôt. Le tir arracha des pans entiers de sol. Il ne se reforma pas.
Cylirion et John concentrèrent leurs tirs sur la tête de leur adversaire, mais il fut trop vif et se dégagea et chargea le Spartan. Celui-ci se porta au combat, s'accroupissant au dernier moment et assénant un coup de pied sous le corps de son ennemi. Mais il ne réussit qu'à stopper son élan. Dans un crissement, la machine tenta de planter à plusieurs reprises ses lames dans le corps du Spartan. Celui ci évita les premiers coups et lui tira des rafales de mitraillette dans la tête. La créature résista, mais n'eut pas le temps de contre-attaquer, car Cylirion lui porta un puissant coup de pied dans l'abdomen qui fit voler le monstre au travers de la pièce. Dans un cri de guerre, John et Cylirion unirent leurs tirs, noyant leur adversaire sous un déluge de munitions et de lasers dévastateurs. Mais l'être de métal se releva. Il leur cracha une décharge d'énergie qui faillit toucher le Forerunner.
- Son canon John ! C'est son pire ennemi ! dit Cortana à son Spartan.
- Bien vu ! Cylirion, prenez le sur le flanc !
Ils attaquèrent des deux côtés. Le monstre métallique se rua sur Cylirion, qui lui fit une sorte de prise de lutte et engagèrent un terrible corps à corps.
Le Major se précipita sur le dos de la bête et lui largua quelques rafales sur ses articulations. La machine tourna sa tête pour tenter de contrer la menace que représentait le Major. Aussitôt, le Forerunner attrapa l'arrière de la tête de son ennemi et lui enfonça une grenade thermique dans les articulations du cou. Il se dégagea vite, tout comme John qui se jeta en arrière en se réceptionnant en roulade. La déflagration secoua violemment leur ennemi et lui déboita une partie de sa colonne vertébrale.
Ce fut au tour du Major de se lancer sur le monstre mécanique.
Cylirion aiguilla leur ennemi en lui tirant un laser à l'arrière de son corps. La bête enclencha son arme frontale, vibrante et débordante d'énergie, à quelques centimètres seulement de la tête de John.
- Maintenant !
Le Major lui attrapa la tête et la replia violemment à cent quatre-vingts degrés vers son corps. En même temps, le monstre éructa sa décharge, et se déchira de l'intérieur provoquant une violente onde de choc à travers la pièce, qui toucha de plein fouet les deux combattants, soulevant un nuage de poussière. Puis le silence retomba aussi soudainement que le sable volant à travers la pièce.
Le Spartan se releva tant bien que mal, imité par le Forerunner. Ils reprirent leur souffle.
- Qu'est-ce que c'était ? demanda le Major.
- Un drone de combat intelligent de classe trente quatre. Et certainement pas d'origine Forerunner. Ses armes étaient destinées à tuer des êtres vivants autres que le Parasites. Ce métal... Ces runes... J'ai une hypothèse, mais je préfère attendre, en espérant de toutes mes forces que ce n'est pas ça...
- Il n'y a qu'un seul moyen de savoir ce qui nous attend, annonça John en se dirigeant vers la porte de métal...



Terminal 6* :



Les armes Forerunners :

• L'Excavar :
-Arme expérimentale mise au point par Rypher, dans le but de combattre le Parasite.
- Sept réservoirs à gaz, long canon ciselé, forme arrondie et épurée, vert sombre, tuyau noir de concentration filamentaire incrusté au milieu de l'arme.
- Prise en main facile, munitions très durables, projection de gaz sous forme de filaments à portée moyenne. Gaz étrangleur anti-immunitaire, lourds dégâts sur la cible.

• Le Worl:
- Arme de poing, très prisée des Bâtisseurs Forerunners. Adapté à tous types de combat.
- Petit, forme triangulaire, canon surmonté de pics directeurs, couleur grise foncée, crosse en forme d'arc de cercle, refroidisseurs externes situés sous le ventre de l'arme.
- Canon de type Sentinelle, très grande portée, léger recul, visée difficile mais extrêmement maniable. Dégâts conséquents.

• La mitrailleuse à thermo-plasma :
- Arme Forerunner de base, utilisée par tous les Soldats de l'infanterie ainsi que par beaucoup d'autres Forerunners. Adaptée à tous types d'ennemis.
- Forme légèrement rectangulaire, canon au centre du nez de l'arme, crosse creusée en forme de demi lune trouée, chargeur au niveau de la main porteuse du canon, système de décompression plasmique automatique.
- Tirs à plasma-thermiques, efficace contre tout type de blindage, grande fréquence de tir, assez longue portée, surchauffe possible et chargeur moyen. Très dangereux si l'arme est brûlée. Visée assez aisée.

• L'Arme Didactique :
- L'arme du Commandeur Suprême de l'Armée Spatiale. Actuellement aux mains de Maleoïd, c'est l'arme portable la plus puissante connue à ce jour. Trafiquée par Maleoïd et Rypher.
- Longue arme, au bec long et fin, fendu en son centre contenant le canon, forme complexe aux nombreuses rainures, crosse à adaptation d'armure, qui s'incruste dans l'armure même de son détenteur. Très longue portée, visée très précise, doté su système Symbiose qui permet de contrôler l'arme depuis son casque.
- Tire des munitions perforantes qui dégagent un acide extrêmement puissant qui est capable de ronger n'importe quoi. Silencieux. Très précis.

(D'autres informations peuvent être ajoutées au fur et à mesure de la fic')

* Tout élément ou terminal marqué d'une étoile rouge est une pure invention de ma part.


_________________
avatar
Erydrim

Messages : 117
Date d'inscription : 29/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par tonton NounousS le Dim 12 Fév - 2:23

Ca par contre j’avais tout lue et franchement j'ai trouver sa pas mal ^^

(d'ailleurs j'ai l’impression que halo 4 va être comme sa du coup c'est chien xD)

_________________
avatar
tonton NounousS

Messages : 3283
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Erydrim le Dim 12 Fév - 10:53

Ah merci ^^
Désolé pour le spoil cérébral alors :P

_________________
avatar
Erydrim

Messages : 117
Date d'inscription : 29/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfic] Halo 4 : Forerunner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum